Promouvoir la justice et la paix aujourd’hui (card. Martino)

Prise de possession cardinalice

| 614 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 26 janvier 2004 (ZENIT.org) – L’engagement à promouvoir la justice et de la paix dans les contextes actuels d’injustice, de guerres et de conflits a fait l’objet de l’homélie du cardinal Renato Raffaele Martino, dimanche 25 janvier, à l’occasion de la "prise de possession" de son titre cardinalice en l’église romaine Saint-François de Paule aux Monts.



"Partager avec les laissés-pour-compte les souffrances et la marginalisation imposée aux plus faibles par la société de consommation et par l’opulence d’un petit nombre": la nécessité actuelle de cette spiritualité qui fut celle de saint François de Paule, conscience critique et souffrante, au XVe siècle, d’un peuple appauvri, et voix des sans voix, sans histoire et sans liberté: c’est l’exigence soulignée par le président du conseil pontifical Justice et Paix.

Le cardinal italien a rappelé la signification profonde de cette cérémonie, en tant qu’association publique et solennelle à l’Eglise de Rome et à son évêque, le pape, par ce lien très spécial et très riche en implications ecclésiales, et responsabilités nouvelles.

Il a remercié Jean-Paul II en l’assurant de toute sa collaboration possible à son ministère infatigable de promotion de la justice et de la paix.

Avoir voulu relier le cardinalat du cardinal Martino au saint de Calabre, tout dévoué à Dieu et à l’homme, à la cause de la justice et de la paix, n’est pas sans donner une indication pressante, soulignait le cardinal, puisque saint François de Paule "n’a pas craint d’élever la voix pour dénoncer ouvertement les malversations des puissants".

C’est dans ce contexte que le cardinal Martino a renouvelé son engagement à faire sien cet idéal de défense des pauvres et des opprimés qui fut celui de saint François de Paule: "Puissent les humbles, les souffrants, disait le cardinal Martino, trouver en nous et dans l’Eglise l’accueil qu’ils mendient souvent ailleurs en vain".

"Que l’exemple de saint François de Paule, ajoutait le cardinal, devienne pour moi un point de référence lumineux dans mon nouveau parcours de cardinal, responsable du conseil pontifical Justice et Paix".

Et de conclure: "Je prie le Seigneur que les chrétiens, dispersés dans le monde, retrouvent le courage de se présenter comme l’expression nouvelle et créative de la force éternelle de l’Evangile de la conversion et de l’Evangile de la charité. Dans les contextes actuels d’injustices, de guerres, et de conflits, la conversion et l’amour seront les signes les plus éloquents du renouveau de la vie ecclésiale et de la fécondité évangélique".