Quand la théologie devient une « expérience quotidienne »

Par Mgr Giuseppe Scotti

| 963 clics

Propos recueillis par Sergio Mora

Traduction d’Océane Le Gall

ROME, mardi 2 octobre 2012 (ZENIT.org) – « La théologie doit parler à l’homme contemporain, doit affronter avec lui les problèmes du monde », déclare Mgr Giuseppe Scotti, secrétaire adjoint du Conseil pontifical pour les communications sociales, à l’occasion de la présentation du Prix Ratzinger.

Les lauréats sont un philosophe et historien français, Rémi Brague, et un prêtre jésuite américain, Brian Edward Daley, qui recevront leur prix le 20 octobre prochain (cf. Zenit du  28 septembre 2012).

A l’issue de la présentation des lauréats, Zenit a demandé à Mgr Giuseppe Antonio Scotti, président de la Fondation vaticane Joseph Ratzinger-Benoît XVI, de parler du rôle et de la place de la théologie dans le processus de la nouvelle évangélisation.

Zenit - Mgr Scotti,  quelle peut être la contribution de la théologie à la nouvelle évangélisation?

Mgr Scotti - Je crois que, même s’il n’est pas lié directement au synode, ce prix de la fondation Ratzinger, nous fait entrevoir un chemin diffèrent pour la nouvelle évangélisation : la théologie qui est la voie indiquée par le pape lui-même, doit en effet parler à l’homme contemporain, doit affronter avec lui les problèmes du monde d’aujourd’hui et l’amener à se dire: ce discours est vrai et s’il est vrai, il m’intéresse, et s’il m’intéresse, qu’est-ce que je dois changer?

Donc la théologie doit être liée à la vie personnelle ?

Oui. Le synode, en particulier, devra aider à surmonter la dichotomie entre ce que l’on pense et ce que l’on vit. On ne peut séparer ces deux champs, car à la longue on finirait par se retrouver sans perspectives d’avenir. L'objectif est donc de ramener sa pensée et sa recherche de la vérité au niveau de la vie concrète.

Les théologiens sont parfois considérés comme des « penseurs dans une tour d’ivoire » ...

Je me souviens d’un livre d’introduction à la Bible, que je conseillais à mes étudiants, où l’on donne un exemple très significatif. Quand la Bible est racontée, les gens sont fascinés. Quand l’auteur, au contraire, se met à en parler en professeur d’exégèse, la réaction n’est plus la même.

J’en ai moi-même fait l’expérience et le cardinal Gianfranco Ravasi aussi, de même que le cardinal Giovanni Saldarini et tous ceux qui ont tenté de ramener la Bible dans la vie quotidienne.

Quelle signification donner à cela ?

Il faut penser à la Bible comme à la construction d’une grande cathédrale, où il faut nécessairement des spécialistes. Mais quand, quelqu’un s’introduit de nuit dans cette cathédrale, où il ne va jamais parce qu’il pense que seuls les spécialistes peuvent y accéder, il entre dans un lieu étrange et découvre toute sa beauté. Il est alors saisi d’admiration et plein de joie. C’est le défi que nous devons relever aujourd’hui : faire de la théologie une expérience quotidienne.

Est-ce paradoxal que ce soit un pape théologien qui ait lancé une nouvelle évangélisation ?

Si ce que l’on vient de dire est vrai, Il est clair que la théologie conduit à regarder la vie dans la perspective de Dieu. A travers elle, vous comprenez que votre vie change, non pas parce que vous la projetez de manière différente mais parce que vous laissez Dieu vous accompagner.