Quand la vie l’emporte sur l’horreur

Récit d’un voyage dans le camp de la mort de Birkenau

| 2327 clics


ROME, Jeudi 15 janvier 2009 (ZENIT.org) - Nous sommes en octobre 1943 : Alberto Sed, sa mère Enrica et ses sœurs Angelica, Fatina et Emma, sont faits prisonniers à Rome et déportés dans le camp de la mort de Birkenau-Auschwitz.

La mère Enrica et la petite Emma, de neuf ans, sont tuées dans les chambres à gaz le jour de leur arrivée, le premier tri les jugeant inaptes au travail. La sœur Angelica sera déchiquetée par des chiens, lancés contre elle par des SS par pur divertissement sadique.

L'autre sœur Fatina, soumise aux plus cruelles expérimentations du docteur Mengele, rentrera chez elle marquée de cicatrices profondes avant de mourir sans n'avoir jamais pu se reprendre de telles horreurs.

Alberto a survécu et aujourd'hui, 65 ans plus tard, a décidé de raconter comment il a réussi à résister au camp de concentration et à se reconstruire une vie. Car Alberto s'est ensuite marié. Il a aujourd'hui trois filles, sept petits-enfants et trois arrière-petits-enfants.

Roberto Riccardi, officier dans l'armée des carabiniers, journaliste et directeur responsable de la revue « Il Carabiniere », raconte l'histoire d'Alberto, dans un ouvrage intitulé « Sono stato un numero » (« J'étais un numéro ») publié aujourd'hui 15 janvier aux éditions Editrice Giuntina (Florence. 168 pp.,  15 euros).

Interrogé par ZENIT, Roberto Riccardi souligne que la maison d'édition Giuntina a été fondée par Daniel Vogelmann, dont le père Schulim, est le seul juif italien retrouvé jusqu'ici dans une des listes Schindler.

Le livre raconte l'histoire d'Alberto Sed qui, en 1944, à Auschwitz était le numéro A-5491. Un seul petit numéro en échange d'une identité et d'une humanité violées, réduites en morceaux, effacées..

Alberto a été capturé alors qu'il se cachait avec sa famille dans un dépôt avec sa famille. Après une brève période passée dans le centre de prisonniers de Fossoli, il fut entraîné de force sur un train plombé et conduit à Birkenau, le pire des camps du complexe concentrationnaire d'Auschwitz.

Alberto qui a aujourd'hui 80 ans, a survécu à de nombreux tris, aux tortures et aux privations, aux « marches de la mort » et au bombardement du camp de Dora, où il avait été déporté puis libéré.

Dans le camp de concentration il a du s'adapter à de lourds travaux et à de terribles tâches comme celle d'installer les enfants qui arrivaient au camp sur de petits chariots pour être conduits aux fours crématoires.

Pour plus de nourriture, Sed acceptait de faire de la boxe : lors des rencontres  qui avaient lieu le dimanche et qui constituaient un moment de loisir pour les bourreaux, il recevait en guise de récompense des pelures de pomme de terre ou des pelures de pommes.

Durant son entretien avec ZENIT, Roberto Riccardi souligne que « l'histoire humaine de Sed nous interroge avec force sur le rôle de la conscience. L'horreur de la Shoah est une épreuve que beaucoup de personnes ont traversée avec courage. Le livre en parle abondamment. Parmi ces héros, nous trouvons les sœurs d'un Institut romain du Transtevere, qui ont sauvé les enfants de l'orphelinat juif ‘Pitigliani', les cachant des SS ».

Ce livre évoque également l'histoire d'un prêtre grec, déporté à Auschwitz pour avoir secouru des partisans. Un dimanche, alors qu'il s'était présenté, en aube, dans la cour du camp de concentration pour dire la messe à ceux qui le souhaitaient, on l'avait puni puis exécuté de façon très cruelle : poussé de force dans une vasque d'eau jusqu'à ce qu'il se noie.

Il parle également d'un autre prêtre qu'Alberto Sed avait rencontré sur une base américaine après sa libération. Le prêtre l'avait accueilli dans son église, l'invitant à prier pour son retour rapide dans sa patrie.

Quand il lui avait répondu qu'il en pouvait pas le faire, car il était d'une autre religion, le prêtre , sans sourciller, l'avait invité à réciter le Shemà, l'acte de foi juif. « Dieu, par les temps qui courent, ne se formalise pas », avait-il dit en plaisantant.    

Antonio Gaspari