Quand une famille polonaise sauve une famille juive

Stanislawa Szlamowie, citoyenne honoraire d'Israël

Rome, (Zenit.org) P. Mariusz Frukacz | 987 clics

Stanislawa Szlamowie, une Polonaise de Jaskrow, près de Czestochowa, « Juste parmi les Nations », a obtenu le titre de citoyenne honoraire d’Israël pour avoir, avec sa famille, sauvé plusieurs Juifs pendant la seconde guerre mondiale.

Le prix a été remis à Czestochowa par l’ambassadeur d’Israël en Pologne, Zvi Rav-Ner. Pour remettre le titre honorifique, le diplomate était accompagné de Michaela Linial, fille de Mordechaj Lichter, l’un des Juifs sauvés par Stanislawa. Il a souligné que la famille de cette femme avait sauvé ses proches « sans aucune compensation matérielle ».

A son tour, en recevant le prix, Stanislawa Wlordarz a dit avec émotion : « Il faut se souvenir des victimes, mais il faut se souvenir aussi de toutes les personnes qui, pendant la seconde guerre mondiale, ont courageusement aidé et sauvé les Juifs et les personnes dans l’épreuve. »

Marianna et Stanislaw Szlamowie vivaient avec leurs enfants, Stanislawa et Janek, dans le village de Cykarzew, près de Czestochowa. La veille du Noël 1942, deux Juifs frappèrent à leur porte, Moshe Lichter et son cousin Mordechaj Lichter, qui avaient réussi à fuir pendant qu’on les transportait au camp d’extermination de Treblinka.

Pendant à peu près deux mois, la famille de Lichter - Moshe, ses deux filles et Mordechai - s’étaient cachés dans les bois, mais l’hiver glacial allait les conduire à la mort. C’est ainsi qu’ils décidèrent de demander l’asile dans une maison et qu’ils rencontrèrent la famille Szlamowie, qui prépara une cachette, de la nourriture et des vêtements pour les fugitifs. Stanislawa s’occupait tous les jours des repas de la famille Lichter.

En 1944, les Allemands arrivèrent au village ; la famille Lichter dut alors s’éloigner de la maison et réussit à se cacher dans les bois des alentours. Là aussi, une fois par semaine, la famille Szlamowie leur apportait de grands sacs de nourriture dans un lieu convenu.

Grâce à l’aide de la famille polonaise, les Lichter réussirent à survivre, bien que dans la clandestinité, jusqu’à la libération, en janvier 1945. En remerciement, avant de partir pour Israël, Moshe Lichter offrit à la famille de Stanislawa toutes ses propriétés (y compris les biens immobiliers) mais les Szlamowie refusèrent généreusement cette offre.

Le 24 février 1988, l’Institut Yad Vashem a accordé à Marianna et Stanislaw Szlam, ainsi qu’à leur fille Stanislawa, le titre de « Justes parmi les Nations ».

Traduction d'Hélène Ginabat