Quatre cents jeunes femmes arrachées à la prostitution reçues par Jean-Paul II

Les "maisons-familles" de don Oreste Benzi

| 599 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 15 mai 2002 (ZENIT.org) - Plus de quatre cents jeunes femmes arrachées à la prostitution à l´initiative du prêtre catholique italien don Oreste Benzi ont participé ce matin à l´audience générale de Jean-Paul II place Saint-Pierre.



L´une d´elle et don Oreste Benzi ont salué personnellement Jean-Paul II à la fin de l´audience. Au moment où une conférence sur le trafic international des êtres humains à lieu à Rome.

"Je salue les jeunes qui sont accompagnées par don Oreste Benzi, disait Jean-Paul II en italien. Je les assure de ma proximité spirituelle et de ma prière, je les encourage à poursuivre avec confiance sur le chemin vers la pleine liberté, fondement de la dignité humaine".

En anglais, le pape a également salué les participants de la Conférence internationale sur la Traite des êtres humains (International Conference on Human Trafficking) qui a actuellement lieu à l´Université pontificale grégorienne (PUG).

Don Benzi vient chaque année saluer ainsi Jean-Paul II, accompagné des jeunes qu´il a réussi à arracher à la prostitution grâce à des "maisons-familles".

Né en 1925, il a été ordonné prêtre en 1949. En 1952 il a commencé son apostolat auprès des jeunes catholiques de Rimini. Il a également été directeur spirituel au séminaire de Rimini, tout en enseignant la religion dans les écoles secondaires. Mais sa vocation prend un tour décisif en 1968 lorsqu´il fonde l´Association pape Jean XXIII", actuellement présente dans différents pays, et qui prend en charge toutes formes de détresses par la constitution de "maisons-familles", communautés thérapeutiques et de coopération pour les personnes handicapées ou toxicomanes, ou séropositives.
Don Benzi est l´auteur de livres comme "Transgressez!" ("Trasgredite!", Mondadori éd., 2000) ou "Décatéchisme"("Scatechismo") où il montre par des témoignages comment Dieu agit dans la vie des jeunes qu´il rencontre comme un "Libérateur" qui leur redonne leur dignité.