Que manque-t-il à ceux qui restent indifférents à Dieu, se demande le pape

Messe de l’Epiphanie

| 2171 clics

ROME, Mercredi 6 Janvier 2010 (ZENIT.org) - Les Mages, qui ont reconnu le message de l'Etoile, ont su « marcher sur les routes indiquées par l'Ecriture Sainte ». Mais, « quelle est la raison pour laquelle certains voient et trouvent et d'autres non ? », s'est demandé Benoît XVI lors de la messe qu'il a célébrée dans la basilique Saint-Pierre, le 6 janvier, pour la fête de l'Epiphanie.

Ainsi, a poursuivi le pape, les Rois mages venus adorer Jésus ont su trouver « celui qui est apparemment faible et fragile, mais qui, au contraire, a le pouvoir de donner une joie plus grande et plus profonde au cœur de l'homme ».

« Toutefois, si les quelques personnes de Bethléem sont devenues nombreuses, ceux qui croient en Jésus-Christ semblent être toujours aussi peu nombreux. Beaucoup ont vu l'étoile mais seuls quelques-uns en ont compris le message ».

« Nous pouvons alors nous demander : quelle est la raison pour laquelle certains voient et trouvent et d'autres non ? Qu'est-ce qui ouvre les yeux et le cœur ? Qu'est-ce qui manque à ceux qui restent indifférents, à ceux qui indiquent le chemin mais ne se mettent pas en route ? », s'est demandé le Saint Père.

Pour le pape, certains ont « une trop grande confiance en eux, la prétention de connaître parfaitement la réalité, la présomption d'avoir déjà formulé un jugement définitif sur les choses rendent leurs cœurs fermés et insensibles à la nouveauté de Dieu ». « Ils sont sûrs de l'idée qu'ils se sont faite du monde et ils ne se laissent plus bouleverser au fond d'eux-mêmes par l'aventure d'un Dieu qui veut les rencontrer ».

« Ils mettent davantage leur confiance en eux-mêmes qu'en Lui et ne croient pas qu'il soit possible que Dieu soit si grand qu'il puisse se faire petit, qu'il puisse vraiment s'approcher de nous », a-t-il déploré.

Finalement, « ce qui manque, c'est une humilité authentique, qui sait se soumettre à ce qui est plus grand, mais aussi le courage authentique, qui pousse à croire à ce qui est vraiment grand, même s'il se manifeste dans un Enfant sans défense », a affirmé Benoît XVI. « Il manque une capacité évangélique à être enfant dans son cœur, à s'émerveiller, et à sortir de soi pour se mettre en route sur le chemin qui indique l'étoile, la route de Dieu ».

« Mais le Seigneur a le pouvoir de nous rendre capable de voir et de nous sauver », a-t-il poursuivi. « C'est pourquoi nous voulons lui demander de nous donner un cœur sage et innocent, qui nous permette de voir l'étoile de sa miséricorde, de nous mettre en route, pour le trouver et d'être inondés de la grande lumière et de la joie véritable qu'il a apportées dans ce monde ».