Radio Vatican, 80 ans de technique et de mission

Editorial du père Federico Lombardi

| 1498 clics

ROME, Lundi 14 février 2011 (ZENIT.org) - Le 12 février 1931, Radio Vatican, qui compte aujourd'hui plus de 40 rédactions linguistiques, était inaugurée par le pape Pie XI qui envoie sur les ondes un tout premier message en latin, en présence de Guglielmo Marconi, le réalisateur de la station, et du père Giuseppe Gianfranceschi S.J., son premier directeur. 

« Mes inventions sont pour sauver l'humanité, non pour la détruire ! » : ces paroles de Guglielmo Marconi , rappelle le père Federico Lombardi, dans son éditorial d'Octava Dies, le bulletin hebdomadaire d'information du Centre de télévision du Vatican, « étaient pour lui comme un slogan ».

Et « le fait que la radio ait pu aider à sauver tant de vies humaines lors des naufrages de grands navires fut un des premiers mérites humanitaires qui lui furent reconnus et dont il était fier », ajoute-t-il.

Cette station, poursuit le père Lombardi, qui en est le directeur actuel, a donc été construite par Marconi, il y a 80 ans, comme « nouvel instrument à la disposition de la mission de l'Eglise », et elle est « une des rares inventions de Marconi à avoir traduit dans les faits et de manière aussi systématique l'idéal du scientifique ».

Grâce à cette invention, rappelle-t-il, les papes ont pu lancer sur les ondes de « grands messages radio de paix » dans un monde « dramatiquement troublé par la guerre ou par des vents de guerre, comme aux temps de Pie XI et Jean XXIII ». Des centaines de milliers de familles « ont pu envoyer des messages aux prisonniers et aux disparus de guerre », et « les peuples et les églises opprimés par les totalitarismes dans les diverses régions du monde, ont pu trouver soutien et réconfort ».

« Faire arriver jusqu'aux peuples les plus divers de chaque continent les paroles d'espérance des papes », « parler continuellement des valeurs de l'esprit, de l'actualité de l'Evangile de Jésus, de la construction de la justice et de la paix, du dialogue entre les confessions chrétiennes, les cultures, les religions, les peuples » : « Quelle mission plus belle Marconi pouvait-il désirer pour son invention ! », s'exclame le père Lombardi qui place son espoir dans « la nouvelle technique » pour poursuivre aujourd'hui ces objectifs.