Radio Vatican a 75 ans: « Nouvelles voies et perspectives au service de l\'Eglise »

| 940 clics

ROME, Mardi 21 février 2006 (ZENIT.org) – « Bon anniversaire ! »: Radio Vatican a 75 ans et ses responsables ont présenté ce matin le programme de cet anniversaire. Le pape Benoît XVI lui-même se rendra au siège de la rédaction de Radio Vatican le 3 mars, pour marquer cet événement.



Qui fait un « clik » sur le lien avec Radio Vatican constate déjà le renouveau de la page d’accueil en ligne et remarque ce sous titre qui est en soi un programme: « La voix du pape et de l’Eglise en dialogue avec le monde ».

Le budget de la Radio, a indiqué le directeur général, le P. Federico Lombardi, sj, est de 20 à 25 millions d’euro : « Beaucoup pour le Saint-Siège, mais peu si l’on considère les services fournis quant à leur ampleur et leur qualité ».

Pour ce qui est des employés, ils sont au nombre de 384, de 59 nationalités: prêtres, religieux et laïcs. Ils assurent 64 heures de transmission quotidienne. L’emploi représente 57% de frais de personnel.

Répondant à Zenit, le P. Lombardi a par ailleurs précisé que Radio Vatican est reçue dans des pays musulmans : des pays où les ondes courtes et moyennes sont importantes. Mais Radio Vatican cherche actuellement des stations locales qui puissent diffuser ses programmes.

La messe en anglais, par exemple est diffusée pour le Moyen Orient et l’Arabie Saoudite, en particulier pour les centaines de milliers de Philippins catholiques immigrés.

Pour ce qui est des pays du Maghreb, le P. Lombardi a fait observer : « Ce sont des pays où nous avons des auditeurs musulmans, qui se manifestent de temps en temps, apprécient notre travail pour la défense des droits de l’homme et pour le respect de la paix ».

En Inde, de nombreux auditeurs, ajoutait le P. Lombardi, sont Hindous, et certains musulmans, comme le montre le courrier qui arrive à Rome.

Le Directeur général de la station rappelait aussi la mission fixée par les statuts de Radio Vatican: « Annoncer librement, fidèlement et efficacement le message chrétien et relier le cœur de la catholicité à tous les pays du monde. Diffuser la voix et les enseignements du pape et informer de l\'activité du Saint-Siège et faisant écho de la vie de l\'Eglise dans le monde, en évaluant les évènements à la lumière du magistère ecclésial, avec une attention constante aux signes des temps ».

Radio Vatican est multi-culturelle, avec une diffusion en 45 langues et « constitue un moyen de pénétration capillaire et efficace dans certaines régions du globe », comme en Afrique.

Pour ce qui est du point de vue technique, la radio du pape est passée, précisait le P. Lombardi au système numérique, fait les essais de transmission en ondes courtes et moyennes, et a mis un système original de publication en ligne de textes en différentes langues avec des alphabets différents: la page japonaise est la plus visitée sous le mot « Vatican ».

Le P. Lombardi a également précisé que la radio accueille chaque année quelque 50 journalistes stagiaires, et en a accueilli jusqu’à 140 lors du Jubilé de l’an 2000.

Pour le directeur des programmes, le P. Andrzej Koprowski, sj, l’un des objectifs de la station est d\'être un « pont » entre le monde, le pape, le Saint-Siège, l\'Eglise universelle, les Eglises locales et les sociétés.

Chaque section linguistique a été créée, soulignait le P. Koprowski, dans un contexte historique spécial. Ainsi, après la seconde Guerre Mondiale, le communisme dominant l\'Europe de l\'Est, Radio Vatican s\'est adressée à ces pays et à ces Eglises. Il expliquait: « C\'est la raison du grand nombre de programmes correspondant aux pays de cette partie du continent ».

Il faisait observer: « La situation culturelle et religieuse des pays européens du post-communisme, permet désormais de nouvelles formes de collaboration avec les médias locaux, publics comme privés, catholiques ou non ».

Parmi les priorités, le directeur des programmes a indiqué l’attention au « développement de l\'Eglise en Amérique latine, en Afrique et en Asie ».

A propos de la langue arabe, il précisait que « la langue et la culture arabes ne sont pas l\'exclusivité du monde arabo-musulman, ni simplement une question politique, mais aussi une question sociale, culturelle et ecclésiale de première importance, comme on a pu encore le constater ces derniers temps ».

Pour ce qui est du continent asiatique, il ajoutait: « On connaît l\'expansion de l\'Eglise en Inde et nous sommes conscients de l\'importance de la diffusion du christianisme dans ce pays pour l\'avenir de l\'Eglise universelle ». Mais il faisait remarquer le « caractère vital pour elle de dialoguer et de comprendre les autres cultures de l\'immense monde asiatique, Chine, Japon, Vietnam… ».