Radio Vatican invente un "avis de recherche" pour les prisonniers de guerre

"La charité au milieu des armes" (2)

| 1074 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 17 juin 2004 (ZENIT.org) – Radio Vatican a joué un rôle important dans l’aide aux prisonniers de guerre et à leurs familles pendant et après la deuxième guerre mondiale, souligne aujourd’hui le cardinal Tucci au micro de Radio Vatican même, en s’appuyant sur les documents des Archives vaticanes.



La radio pontificale a en effet inventé un service d’avis de recherche et d’appel à témoin sur les ondes, surtout pour les pays où les services postaux étaient inaccessibles : l’Allemagne et l’Union soviétique n’appréciaient la présence d’envoyés du Vatican.

On lisait donc au micro de Radio Vatican des listes de noms en demandant à qui les avaient vus ou croisés de donner des nouvelles. Les messages ainsi transmis furent plus d’un million deux cent mille entre 1940 et 1946, soit plus de douze mille heures de transmission sur les ondes.

Pour le cardinal Robert Tucci, il s’agit d’une documentation "très importante" parce qu’elle "démontre combien la "légende noire" qui s’est formée sur Pie XII depuis quelques décennies se révèle injuste".

Il précise : "C’est une autre pièce au dossier révélant de façon de plus en plus complète – à travers la connaissance et l’ouverture des Archives du Vatican – cette action voulue par Pie XII en toutes occasions pour pouvoir alléger les souffrances infligées par la guerre. Dans cette action de Pie XII il n’y a aucune exclusion pour des raisons de confession ou de religion différente : on aidait en répondant aux demandes aussi bien des catholiques que des protestants, des juifs, des non croyants".

Pour ce qui est du grand rôle de Radio Vatican dans ce cadre, le cardinal Tucci explique : "En 1981, à l’occasion du 50e anniversaire de la fondation de Radio Vatican, l'inoubliable Fernando Bea a écrit un livre intitulé : "Un demi-siècle de la radio du pape". On y lit : "Radio Vatican fut l’instrument indispensable du Bureau d’information, visant à relier entre eux les points les plus éloignés du globe. Elle ne se contenta pas de lancer dans l’espace des appels et des messages. Elle établit une correspondance avec les nonciatures, des curies diocésaines, des paroisses, des sièges de l’Action catholique. Ceux-ci organisèrent des lieux d’écoute d’une heure sur une longueur d’onde convenue"."

Le cardinal Tucci précise encore : "On parle dans ce texte d’un total de 70 transmissions par semaine, dont certaines duraient deux ou trois heures, et parfois douze ou treize heures. Entre 1940 et 1946, Radio Vatican a transmis 2.240.728 messages pendant 12.105 heures de transmission effective. C’est comme si la radio avait transmis des messages de ce type continuellement pendant un an et demi et 24 heures sur 24".