Radio Vatican : Les liens entre tumeurs et ondes, objets d'une expertise

La radio réplique avoir toujours observé les normes internationales

| 1834 clics

ROME, Mercredi 14 juillet 2010 (ZENIT.org) - La Radio vaticane a déclaré avoir appris avec « stupeur » les résultats d'une expertise approfondie qui s'est achevée après cinq ans d'enquête technique sur des cas de décès survenus par ondes électromagnétiques entre 1990 et 2003, dans le cadre de l'enquête pour homicide involontaire mettant sous examen judiciaire plusieurs personnes parmi lesquels trois dirigeants de la station de radio pontificale.

L'expertise de nature épidémiologique de 140 pages, signée par le professeur Andrea Micheli a été déposée en 2005, dans le cadre d'une procédure spécifique, par le juge du tribunal de Roma, Zaira Secchi.

Le but était d'étudier l'incidence des leucémies infantiles et la mortalité d'enfants et adultes atteints de leucémie et d'autres tumeurs du système hémolymphatique dans un rayon de six kilomètres autour des antennes de Radio Vatican, situées à l'intérieur du complexe de Santa Maria di Galeria (à une vingtaine de kilomètres de Rome), et de celles du quartier général de la marine militaire, MariTele, dans la localité de La Storta.

« Selon l'enquête, rapporte la presse, il y aurait une relation importante, cohérente et significative entre l'exposition des habitants aux infrastructures de Radio Vatican et un risque excessif de maladies comme la leucémie et les lymphomes chez les enfants, risque que les infrastructures de MariTele, de manière limitée et additive, auraient vraisemblablement contribué à accentuer ».

Dans son expertise, le professeur Micheli affirme que plus de dix ans d'exposition aux antennes de Radio Vatican, ont pu provoquer un excès de leucémies ou lymphomes chez les enfants de moins de 14 ans ayant vécu dans un rayon de 6 à 12 kilomètres des antennes.

« Radio Vatican, lit-on dans un communiqué diffusé dans la soirée de mardi, par la direction de la station, présentera au plus vite ses propres analyses et les contre déductions de ses propres conseillers techniques, le prof. Umberto Veronesi et le docteur Susanna Lagorio ».

« Il convient de rappeler, lit-on ensuite, que selon la littérature scientifique internationale dans ce domaine, l'existence d'un lien de causalité comme celui supposé, semblerait-t-il, par les conclusions de l'expertise, n'a jamais été démontré, ces conclusions ne sont donc pas à considérer comme totalement fondées ».

« A cette occasion, poursuit la note de Radio Vatican, il est à rappeler encore une fois que Radio Vatican a toujours observé les indications internationales en matière d' émissions électromagnétiques et que, depuis 2001, suite à un accord avec les autorités italiennes compétentes, elle observe les limites plus restrictives établies par la toute nouvelle réglementation italienne, de manière à répondre attentivement, comme il se doit, à toute éventuelle préoccupation de la population environnante ».

En 2001 un groupe d'étude international dont fait partie l'ancien ministre de la santé de l'époque, Umberto Veronesi, précisemment en vue d'un examen approfondi de la question relative au centre de Santa Maria di Galeria, sur la base de données disponibles, avait exclu tout rapport entre les activités de la radio et les maladies cancéreuses et leucémiques vérifiées dans ce secteur.