RDC : Centenaire de l’archidiocèse de Lubumbashi

Hommage de la CENCO aux pionniers de la mission

| 2229 clics

ROME, Jeudi 19 août 2010 (ZENIT.org) - « Du petit grain qu'ils ont semé en terre de Lubumbashi, est né aujourd'hui un grand arbre et les oiseaux du ciel peuvent s'abriter dans les branches », soulignent les évêques de la Conférence épiscopale congolaise (CENCO) dans leur message, à l'occasion du centenaire de l'archidiocèse de Lubumbashi, à l'extrême sud de la République démocratique du Congo.

Le message a été lu dimanche 15 août, en la solennité de l'Assomption de la Vierge, par Donatien Nshole, premier secrétaire adjoint de la CENCO, représentant le président, Mgr Nicolas Djomo, évêque de Tshumbe, aux célébrations de clôture du centenaire.

L'archevêque de Lubumbashi, Mgr Floribert Songa-Songa, a célébré la messe de clôture en la cathédrale Saints Pierre et Paul de Lubumbashi.

 « La CENCO exprime sa gratitude et rend un vibrant hommage singulièrement aux pionniers de la mission qui, brûlant d'amour pour le Christ, ont quitté leur terre, leurs familles, avec beaucoup de sacrifice, pour partager avec les Congolais la foi qu'ils avaient eux-mêmes reçue afin de conquérir au Christ un peuple nouveau », soulignent les évêques dans leur message.

« La Parole de Dieu, semée il y a un siècle par les missionnaires bénédictins de Bruges a donné lieu à une Eglise, bien enracinée avec plus d'un million de catholiques, rappellent-ils, soit 43,9٪ de l'ensemble de la population de l'archidiocèse de Lubumbashi, une centaine d' abbés incardinés, une centaine de religieux prêtres, plus d'un demi million de frères et de sœurs consacrés, sans compter les lushois et lushoises missionnaires ad gentes ».

Mais ce centenaire ne doit pas se limiter à célébrer le passé, et les évêques de la CENCO, dans leur message, invitent donc les fidèles à « une évaluation », à « un examen de conscience » à « une mise à l'épreuve » de leur fidélité au Christ et à l'Eglise.

« Le souhait de la CENCO à cette Eglise centenaire c'est de voir tous les ouvriers apostoliques, le clergé diocésain, les religieux et religieuses, les catéchistes, les responsables des communautés, redoubler d'ardeur et de vigueur pour bâtir cette Eglise famille où tous se sentent frères et sœurs, fils et filles d'un même père et n'ont plus à se prévaloir du nord ou du sud, de telle tribu ou de telle autre », précisent-ils.

« Ainsi, poursuit le message, s'édifiera cette Eglise famille de Dieu, peuple de frères, peuple du partage qui se met debout pour témoigner de l'Evangile, une Eglise en première ligne contre tout ce qui déshumanise l'homme ; une Eglise engagée de tout son poids pour la paix, le développement, la réalisation authentique de ses fils et filles et l'avènement du Règne de Dieu », concluent-ils.

  Isabelle Cousturié