RDC : Inauguration d’un nouveau centre DREAM contre le Sida

« On y parle d'avenir, d'espoir et de vie », souligne la communauté de Sant’Egidio

| 1394 clics

ROME, Dimanche 17 juillet 2011 (ZENIT.org) – Apporter en Afrique l’excellence de la médecine mondiale, qui a fait du sida une pathologie chronique avec laquelle il est possible aujourd’hui de vivre correctement. C’est dans ce but qu’a été inauguré, le 8 juillet dernier, le 33ème centreDREAM en Afrique, par le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, et l’archevêque de la capitale, le cardinal Laurent Monsengwo Pasiniya, devant les représentants du Corps diplomatique et du gouvernement congolais.

Le centre DREAMest le résultat d'un accord de collaboration signé par la Communauté de Sant'Egidio avec le ministère de la santé de la République démocratique du Congo, qui s’est engagé à fournir les médicaments pour le traitement.

Le centre est « un signe d'amour à l'égard de ce grand pays qu'est la RDC, dans laquelle nous avons l'honneur de compter des frères et des amis », a déclaré le président de Sant’Egidio, Marco Impagliazzo. « On y parle d'avenir, d'espoir, de vie et de joie (…) car la pandémie peut être vaincue ». 

L'archevêque de Kinshasa a béni les lieux afin que ce centre « puisse rayonner à jamais de la lumière du Christ et que le traitement qui sera administré aux malades puisse réellement apporter un soulagement ». 

Le programme DREAM est déjà en RDC depuis 2009, avec un centre de traitement à Mbandaka, dans la province de l'Equateur.

La ville de Kinshasa compte environ 10 millions d'habitants. Le Centre est situé à Bibwa, sur la route de l'Aéroport de N’djili, un quartier habité par plus de 300.000 personnes, et qui n'est pas desservi par d’autres centres de santé.

Il a déjà commencé ses activités et son laboratoire de biologie moléculaire, équipé pour la détermination des CD4 et de la charge virale, est un point de référence national.

Aujourd'hui DREAM est présent dans dix pays africains et a déjà sauvé plus de 150.000 personnes, impliquant à peu près deux millions de bénéficiaires sur tout le continent.