RDC : Les religions luttent contre la mortalité infantile

Un partenariat UNICEF-confessions religieuses

| 1437 clics

ROME, Mardi 21 décembre 2010 (ZENIT.org) - Les confessions religieuses de RDC (République démocratique du Congo) ont lancé jeudi dernier, 16 décembre, leur première opération de formation prévue dans le cadre d'un « Partenariat UNICEF - Confessions religieuses (SASDE) - Promotions pratiques familiales essentielles (PFE) », visant à combattre la mortalité infantile, très élevée en Afrique et particulièrement en RDC.

Les principales confessions religieuses de RDC, qui regroupent plus de 90% de la population congolaise, sont au nombre de cinq : l'Eglise catholique, l'Eglise du Christ au Congo (protestante), l'Eglise du réveil, l'Eglise kimbanguiste et la Communauté islamique du Congo.

Un atelier de formation a été organisé par l'UNICEF/RDC les 16 et 17 décembre dans la paroisse CBCO Lemba/Matete, située à Kinshasa.

L'objectif visé était d'assurer la promotion de cinq pratiques familiales essentielles, à savoir l'allaitement maternel exclusif, l'utilisation de la moustiquaire imprégnée d'insecticide, la prise en charge à domicile de la diarrhée, la vaccination et le lavage des mains.

Pour arriver à cette collaboration, l'Unicef avait organisé des réunions pour conscientiser les leaders religieux sur le rôle que les Eglises jouent dans l'amélioration de la vie de leurs fidèles en général, puis elle était passée à la phase pratique, organisant des sessions de formation pour formateurs de ces Eglises, assurées par les experts de l'UNICEF et des spécialistes du ministère de la santé.

Après Kinshasa et Goma, d'autres sessions de formations sont prévues dans les huit autres provinces du pays.

L'accord de partenariat entre l'UNICEF et les 5 confessions religieuses de RDC a été signé, mercredi 17 mars dernier, au centre Lindonge à Limete/Kinshasa, après que celles-ci eurent fait part de leur « préoccupation » devant la mortalité très élevée chez les enfants de moins de cinq ans.

Un enfant sur 7 meurt avant l'âge de 5 ans (502. 000 enfants de moins de cinq ans) et 6 à 8 cas de décès sur 10, surviennent dans la communauté, c'est-à-dire avant que le malade n'intègre un centre de santé.

Les principales causes de ces décès sont : le paludisme, les infections respiratoires aigües (en particulier la pneumonie), les maladies diarrhéiques,  la rougeole, le VIH/SIDA et les anémies ». Toutefois, la malnutrition (associée à plus de 35 % de cause de mortalité d'enfants de moins de 5 ans) reste la toile de fond de toutes ces pathologies, selon le ministère de la santé publique en RDC.

Isabelle Cousturié