RDC : Un Jubilé pour ranimer l'espérance dans les cœurs

Message et lettre des évêques de RDC pour les 50 ans d’indépendance du pays

| 1414 clics

ROME, Jeudi 1er juillet 2010 (ZENIT.org) - « Le peuple congolais est appelé à mobiliser ses énergies en vue de la reconstruction de son identité et de l'instauration d'un nouvel ordre social susceptible de répondre à ses aspirations les plus profondes », soulignent les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo au peuple congolais, à l'occasion du cinquantième anniversaire de l'indépendance de leur pays, célébré le 30 juin dans tout le pays.

Le message des évêques, intitulé : « Notre rêve d'un Congo plus beau qu'avant », a été présenté le samedi 26 juin par Mgr Nicolas Djomo, évêque de Tshumbe et président de la Conférence épiscopale, qui a également remis au président national du Conseil de l'apostolat des laïcs catholiques du Congo (CALCC) un exemplaire de la lettre que les évêques ont voulu, par la même occasion, adresser spécialement aux acteurs politiques à l'occasion de ce jubilé d'or.

L'envoyé du pape à la célébration du jubilé d'or, Mgr Luigi Travaglino, a été reçu par les évêques réunis en assemblée plénière le jeudi 24 juin.

Dans leur lettre aux acteurs politiques catholiques, les évêques se disent convaincus que « la politique reste le haut lieu de la pratique de la charité ».

A la veille des élections générales (en 2011), et au lendemain de la deuxième assemblée pour l'Afrique du synode des évêques (en 2009), ils leurs rappellent qu'ils ont « la lourde responsabilité  d'être, de par leur baptême et leur confirmation, les ‘ambassadeurs du Christ' dans les milieux politiques, et les appellent à ne pas perdre de vue la dimension « noble » de leur engagement qui doit viser « un idéal », celui du « bien commun », plutôt que «  les intérêts égoïstes ».

Reprenant les paroles fortes du message adressé aux laïcs en général, durant le synode, et aux hommes politiques en particuliers, ils réaffirment qu'ils sont « l'Église de Dieu dans les lieux publics de notre société » et que grâce à eux, « la vie et le témoignage de l'Église sont rendus plus visibles au monde ».

« L'image de la RDC aujourd'hui est le fruit de différentes politiques mises en œuvre depuis le 30 juin 1960 à ce jour », soulignent-ils affirmant qu'un réveil des consciences est nécessaire pour combattre « les maux » qui affligent le pays, et un « éveil » de la politique pour faire ressortir « tout ce que le pays en cinquante ans d'indépendance a offert de bon et de beau ».

Dans le respect de la vision des Pères de l'indépendance, qui « rêvaient de la grandeur du Congo et de sa prospérité », les évêques souhaitent dans leur message à la nation que tous les congolais « revisitent » les événements marquants de leur histoire après l'indépendance pour « en tirer des leçons utiles » pour leur avenir, et, dans leur lettre aux acteurs politiques, que les bonnes questions soient posées pour « éviter de retomber dans les travers du passé ou de rester à tourner en rond ».

« D'où venons-nous ? Où sommes-nous ? Où allons-nous ? » sont les questions suggérées par les évêques aux autorités politiques afin que « l'au-delà du cinquantenaire ne risque pas de n'être que la répétition ou la réplique de la situation d'avant le cinquantenaire ».

Que ce soit dans le message aux congolais ou dans la lettre aux acteurs politiques, les évêques de RDC reconnaissent que « le projet national sous-jacent à l'idée de la souveraineté a été trahi par une sorte de perte ou d'abandon de la vocation à l'indépendance véritable ». Car, constatent-ils, « la nation n'est pas vraiment debout ni ses fils et filles totalement affranchis ».

De manière plus spécifique, dans le message, les évêques passent en revue les raisons principales qui rendent compte de cette situation : « le néocolonialisme et l'impérialisme ; des assassinats ; des guerres ; des coups d'État militaires ; la personnalisation du pouvoir et de l'État; la mauvaise gouvernance ; l'entrave à l'exercice des libertés publiques ; le pillage des ressources naturelles du pays ; l'instrumentalisation des institutions républicaines au service des individus ; l'exacerbation des clivages ethniques et tribaux à des fins politiciennes et électorales ».

Dans la lettre aux acteurs politiques, ils relèvent « les accusations d'arrivisme, d'idolâtrie du pouvoir, d'égoïsme et de corruption, qui bien souvent sont lancées contre les hommes du gouvernement, du parlement, de la classe dominante, des partis politiques, comme aussi l'opinion assez répandue que la politique est nécessairement un lieu de danger moral ».

Dans ce contexte, les évêques n'hésitent pas à dénoncer un état de « médiocrité généralisée », qui a fini par faire croire au Congolais, en 50 ans d'indépendance, « qu'il ne peut rien pour son pays comme son pays ne peut rien pour lui », entrainant ainsi « une perte de confiance » généralisée.

En effet, « au lieu d'être un service du bien commun, les responsabilités publiques sont appréhendées et exercées dans la logique du partage des avantages économiques au détriment de la population. On préfère la légitimité des alliances politiques et militaires à celle que confère un service loyal du peuple », soulignent-ils dans leur message au peuple congolais.

Réaffirmant dans leur lettre aux acteurs politiques, la vérité chrétienne selon laquelle « l'homme ne peut pas se séparer de Dieu, ni la politique de la morale », les évêques invitent les acteurs politiques à « quitter la politique de l'immédiateté pour celle de la vision, la culture de la cueillette pour celle de l'approche programme », et à « en faire des lieux d'excellence et de patriotisme, des espaces où l'on cultive l'esprit de sacrifice, le sens de l'abnégation et le souci de l'autre ».

« Que les places de commandement soient attribuées aux personnes sur la base de leur mérite, compétence ou expérience ; des personnes désintéressées, décidées à résister à la corruption, au népotisme, au favoritisme et au clientélisme », poursuivent-ils. « Que les services de sécurité s'emploient à protéger la population plutôt qu'à la brimer ».

Pour les évêques, « l'échec n'est plus permis », et ce Jubilé d'or « est un moment favorable pour recenser ses réussites et les mettre en valeur », pour « ranimer l'espérance dans les cœurs désemparés des Congolais et Congolaises angoissés par un avenir sombre ».

Conscient de ses réussites, le Congolais « reprendra confiance en lui-même, cessera de se sous-estimer, se mobilisera et sera prêt à se sacrifier pour la grandeur du Congo, son beau pays », estiment-ils.

« Prétendre aimer ses frères et ses sœurs et refuser de s'engager à leur service en servant la communauté est non seulement un contresens répréhensible, mais aussi et surtout une démission devant l'exigence de témoignage de foi », poursuivent les évêques dans leur lettre aux acteurs politiques après avoir dénoncé une certaine tendance à multiplier « les privilèges et les exceptions » qui donne finalement à penser à « un État sans lois quand ce n'est pas carrément à l'inexistence de l'État ».

« Que chacun puisse librement s'exprimer et agir en vue du bien commun, seul ou dans les partis politiques, le gouvernement et le parlement, est un droit et un devoir », exhortent-ils.

Les évêques rappellent que « le bien commun, comprend aussi bien le bien propre de collectivité prise en bloc que l'ensemble des moyens que toute la société doit procurer à chacun de ses membres pour être pleinement humain ». En ce sens, précisent-ils, « il est plus que la somme des intérêts particuliers souvent contradictoires entre eux »

« Aujourd'hui, en tant que pasteurs, notre but est d'encourager toute action et tout engagement politique efficace pour l'avenir de la nation », expliquent-ils les évêques aux acteurs politiques.  

« Si vous gardez les yeux fixés sur le Seigneur Jésus vous réussirez absolument à passer de la politique des dons, à la politique du don de soi ; de la politique au service de ses intérêts à la politique au service de la nation », soulignent-ils.

« Réhabiliter l'action politique en l'imprégnant des valeurs évangéliques », c'est ce que les évêques disent attendre de l'« acteur politique à part entière et vrai disciple du Christ », appelé à organiser «  les repères fondateurs d'humanité » autour de « la valeur sacrée de la vie, l'indissolubilité du mariage, la promotion de la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme et l'impératif d'une solidarité entre riches et pauvres, qu'il s'agisse des personnes, des nations ou des générations ».

Les évêques invitent donc à une mobilisation générale « pour l'unité de la famille et pour la dignité de la personne humaine, notamment en ce qui concerne son droit inaliénable à la vie, à la liberté, à l'éducation, au travail, à un salaire décent, à la santé ».

Si dans le message des évêques à la nation, les hommes politiques sont appelés à « un idéal de service », à « un changement de mentalité », pour combattre les « inégalités criantes et la misère » et surmonter « problèmes et échecs » , à « mettre fin à toute pratique contraire aux idéaux de l'indépendance et des sociétés démocratiques », dans la lettre qui leur est adressée, les acteurs politiques catholiques sont invités à « la sagesse, la compréhension et la concorde au service du bien commun », à garder « l'homme au cœur des choix politiques », à « résister à la corruption, au népotisme, au favoritisme et au clientélisme » et à « protéger la population plutôt qu'à la brimer ».

Ainsi, face aux « défis réels graves et nombreux » à relever, les évêques souhaitent que ce jubilé soit pour le Congo l'occasion de choisir « de faire triompher l'espoir sur la peur », de choisir « de garantir à la justice les moyens adéquats pour dire le droit ».

Mais c'est ce jubilé doit aussi être le moment de « ne plus faire couler le sang des innocents ; le moment de choisir une coopération et une entente renforcée avec les pays voisins et la communauté internationale », dans le respect « de la loi internationale et la sauvegarde de notre souveraineté nationale », concluent-ils.



Pour lire l'intégralité du message et de la lettre se connecter au site : http://www.cenco.cd/

Isabelle Cousturié