RDCongo : la Conférence épiscopale demande des élections « libres, démocratiques et transparentes »

Le Canada envoie des observateurs

| 745 clics

ROME, Mercredi 26 juillet 2006 (ZENIT.org) – Les enjeux des élections qui vont avoir lieu dimanche prochain en République Démocratique du Congo « constituent une question de vie ou de mort pour la nation », déclarait la Conférence épiscopale du pays dans un communiqué publié le 20 juillet dernier. C’est pourquoi « le peuple congolais les veut véritablement libres, démocratiques et transparentes ».



Le communiqué est signé par le président de la Conférence épiscopale, Mgr Monsengwo Pasinya, archevêque de Kisangani et le vice-président Mgr Tshibangu Tshishiku, évêque de Mbuji-Mayi (cf. ci-dessous « Document » ou CENCO).

Les évêques se disent préoccupés car « au stade actuel, en effet, toutes les conditions ne sont pas encore réunies pour la tenue des scrutins réellement transparents, libres et démocratiques. Bien au contraire, un ensemble de données confirment les craintes de manipulation, de tricherie sinon de fraude ».

Le communiqué de la Conférence épiscopale rappelle que devant l’importance de ces élections, qui interviennent après seize ans de transition marqués par deux guerres et un appauvrissement croissant du pays, « l’Eglise Catholique et les autres confessions religieuses se sont attelées à l’éducation civique et électorale de la population, afin que celle-ci s’approprie le processus électoral et en maîtrise les notions et les mécanismes ».

Avec l’aide de « Développement et paix », l'organisme officiel de solidarité internationale de l'Eglise catholique au Canada et le membre canadien de Caritas Internationalis, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a formé quelque 50.000 animateurs dans l’ensemble du pays.

« Depuis 2001, Développement et Paix et ses partenaires congolais appuient le processus de démocratisation en cours dans le cadre d'un programme bilatéral avec l'Agence canadienne de développement international (ACDI). précisait la Conférence des évêques catholiques du Canada (cf. www.cecc.ca) dans un communiqué publié le 18 juillet dernier. Le Programme d'appui à la paix et à la démocratie (PAPD) de l'ACDI a permis d'effectuer un vaste travail d'éducation civique partout au pays et, depuis quelques mois, de mettre en oeuvre des projets d'éducation électorale afin de préparer la population à la tenue de ces premières élections libres et démocratiques en 40 ans en RDC »

« De tous les projets d'éducation civique financés grâce au PAPD, c'est celui de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), nommé CARTEC (Coordination des actions pour la réussite de la transition de l'Eglise catholique), qui s'est avéré le plus ambitieux, permettant de former 50 000 animateurs qui se sont dispersés à travers le pays pour sensibiliser la population », ajoute le communiqué.

« Pour sa part, au cours des dernières années, la Conférence des évêques catholiques du Canada a noué des liens tout particuliers avec l'Eglise catholique congolaise. En plus de lui fournir une aide financière visant à soutenir des projets pastoraux, la CECC a aussi appuyé la Conférence épiscopale de la République démocratique du Congo dans sa requête auprès d'officiers du gouvernement fédéral canadien sollicitant le soutien au processus de démocratisation du pays africain », précise par ailleurs le communiqué.

Le communiqué des évêques congolais, du 20 juillet souligne que la CENCO « tient à un déploiement conséquent des observateurs tant nationaux qu’internationaux aux fins de garantir la totale transparence et la crédibilité du processus électoral ».

En concertation avec la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), « Développement et paix » enverra une délégation de cinq personnes en République démocratique du Congo (RDC) afin d'observer le déroulement des élections, annonçait le communiqué des évêques canadiens du 18 juillet. La mission d'observation sera sur place du 21 juillet au 5 août.