Réfugiés syriens : "ils parlent la langue du Christ"

Témoignage du Centre Notre-Dame de la Paix

Rome, (Zenit.org) | 933 clics

« Certains réfugiés syriens parlent l’araméen et entendre “Barokmur Abuna” (Bénissez-nous mon Père) dans la langue de notre Seigneur me fait comprendre combien leur message d’amour et d’espérance est proche de nous » : c’est le témoignage du P. Imad Twal, directeur du centre Notre-Dame de la Paix (« Our Lady of Peace » OLOPC) à Amman.

Face à l’aggravation de la situation en Syrie, le Patriarcat latin a en effet ouvert ces derniers mois en Jordanie différents lieux pour accueillir les nombreux réfugiés syriens, dont le Centre Notre-Dame de la Paix à Amman. Le P. Imad Twal témoigne de cette expérience sur le site internet du patriarcat.

Ils parlent la langue du Christ

Il rappelle que les familles syriennes « qui fuient leurs maisons, leurs villages, leurs villes ou qui en ont été chassées », sont « à la recherche de pays qui les accueillent comme des hôtes et leur donnent une maison ».

Mission à laquelle répond le centre OLOPC, originellement en faveur des frères et sœurs handicapés, et qui accueille depuis novembre 2012 « nos frères et sœurs en Christ provenant des villes syriennes de Hassaké, Lattaquié, Alep et Damas », explique le P. Twal, qui précise que le centre est « une maison ouverte à tous » et accueille les chrétiens comme les musulmans.

Plus de 35 familles ont déjà été accueillies, familles qui habituellement, « ont besoin d’un lieu d’accueil pour quelques semaines, avant de parvenir à se déplacer », alors que « les hôtels sont trop chers pour eux » et que « l’hiver est particulièrement difficile ».

« Certains parlent l’araméen et entendre “Barokmur Abuna” (Bénissez-nous mon Père) dans la langue de notre Seigneur me fait comprendre combien leur message d’amour et d’espérance est proche de nous », ajoute-t-il.

Un pont pour la grâce de Dieu

En outre, souligne le P. Twal, « il ne s’agit pas seulement de besoins matériels et financiers, mais aussi sentimentaux et spirituels » : les personnes accueillies « ont besoin qu’on leur montre l’amour de Dieu dans sa plénitude ».

Il décrit donc l’OLOPC comme « un pont qui, avec des moyens humains, fait arriver la grâce de Dieu aux nécessiteux », « une école où les personnes sont éduquées à la vie et à la communion », « une église de fraternité et d’amour entre les communautés et les religions ».

C’est aussi un lieu de témoignage de la foi : « Nous devons essayer de montrer, dans nos témoignages et dans la communion, que nous formons une seule Église catholique et apostolique. »

Pour conclure, il cite saint Grégoire de Nazianze : « Donne quelque chose, même si c’est petit, à celui qui en a besoin. Parce que ce n’est pas petit pour celui qui n’a rien. Rien n’est petit pour Dieu, si nous avons donné ce que nous pouvons. »