Regina Caeli : Le Christ ressuscité annonce la Paix

En ce dimanche de la Miséricorde

| 1167 clics

ROME, Dimanche 15 avril 2007 (ZENIT.org) – En ce dimanche de la Miséricorde, qui correspond au dimanche « in Albis », et qui a été voulu par Jean-Paul II, rappelle Benoît XVI, la liturgie présente le Christ ressuscité qui annonce la « Paix » de façon nouvelle.



Avant la fin de la célébration eucharistique célébrée à la veille de ses 80 ans, place Saint-Pierre, Benoît XVI a adressé quelques paroles aux fidèles qui avaient rejoint la place à la fin de la messe, pour la prière mariale du Regina Caeli.

« A vous tous, disait le pape en italien, je renouvelle mes souhaits de Bonne Pâque, en ce dimanche qui en clôt l’octave, et qui est traditionnellement appelé, comme je l’ai déjà dit dans l’homélie, « Dimanche in Albis ». Par la volonté de mon vénéré prédécesseur le Serviteur de Dieu Jean-Paul II, qui est mort justement après les premières vêpres de cette fête, ce dimanche est aussi dédié à la Miséricorde divine. En cette fête si particulière, j’ai célébré ce matin, place Saint-Pierre, une sainte messe, accompagné des cardinaux, évêques et prêtres, par des fidèles de Rome et de si nombreux pèlerins qui ont voulu se rassembler autour du pape à la veille de ses 80 ans. A tous, je renouvelle du plus profond de mon cœur mon merci le plus sincère, que j’étends à l’Eglise tout entière, qui, comme une véritable famille, spécialement en ces jours, m’entoure de son affection ».

Benoît XVI expliquait ce don de la Paix en disant : « En infusant une vie nouvelle et éternelle dans le corps enseveli de Jésus de Nazareth, l’Esprit Créateur a porté à son accomplissement l’œuvre de la création en suscitant une « prémice » : prémice d’une humanité nouvelle qui en même temps est prémice d’un nouveau monde et d’une ère nouvelle. Ce renouvellement du monde peut être résumé en un mot : celui que Jésus ressuscité a prononcé comme salutation et bien plus comme une annonce de sa victoire à ses disciples : « Paix à vous » (Lc 24,36; Jn 20,19.21.26). La paix est un don que le Christ a laissé à ses amis (cf. Jn 14,27) comme une bénédiction destinée à tous les hommes te à tous les peuples. Non la paix selon la mentalité du « monde », en tant qu’équilibre de forces, mais une réalité nouvelle, fruit de l’Amour de Dieu, de sa Miséricorde. C’est la paix que Jésus a gagnée au prix de son Sang, et qu’il communique à ceux qui placent leur confiance en lui. « Jésus, j’ai confiance en toi » : ces paroles résument la foi du chrétien, qui est foi dans la toute-puissance de l’Amour miséricordieux de Dieu ».

« Chers frères et sœurs, en vous remerciant à nouveau de votre proximité spirituelle, en cette occasion de mon anniversaire et de l’anniversaire de mon élection comme Successeur de Pierre, je vous confie tous à Marie, Mère de Miséricorde, Mère de Jésus qui est l’Incarnation de la Miséricorde divine. Avec son aide, laissons-nous renouveler par l’Esprit pour coopérer à l’œuvre de paix que Dieu est en train d’accomplir dans le monde et qui ne fait pas de bruit, mais se réalise dans les innombrables gestes de charité de tous ses enfants », soulignait encore Benoît XVI.

Après avoir récité le Regina Caeli, le pape ajoutait en français : « En ce dimanche de la Miséricorde, je souhaite la bienvenue aux pèlerins de langue française et je salue en particulier les jeunes du Collège-Lycée Saint Augustin de Bitche. Que la paix et la joie de Pâques habitent les cœurs de tous les baptisés pour qu’à la suite de l’apôtre saint Thomas, ils reconnaissent en Jésus ressuscité leur Seigneur et leur Dieu ! Bonnes fêtes pascales et bon séjour à Rome à vous tous ».

Et en polonais, il disait : « Je salue cordialement tous les compatriotes du pape Jean-Paul II. Il y a cinq ans, à Cracovie, il a confié le monde entier à la Miséricorde divine, dont l’humanité a tant besoin aujourd’hui. Demandons que ce don de Dieu soit accordé surtout aux Nations où dominent l’oppression, la haine et la tragédie de la guerre. Que l’Amour divin soit vainqueur du péché et que le bien l’emporte sur le mal. Nous devons être des témoins de la miséricorde. Je vous souhaite à tous la vraie joie de Pâques ».

Enfin, en italien, le pape mentionnait le sanctuaire de la Miséricorde divine, à deux pas de la place Saint-Pierre, en disant : « Je salue enfin les pèlerins de langue italienne en particulier les fidèles qui, à l’occasion du Dimanche de la Miséricorde divine, se sont donné rendez-vous en l’église du Saint-Esprit-in-Sassia, et qui sont venus ici pour la prière du Regina Caeli. J’encourage l’œuvre de ce centre de spiritualité et j’invoque sur lui la protection céleste de sainte Faustine Kowalska, et du Serviteur de Dieu Jean-Paul II ».