Rencontre de prière des cardinaux : abus sexuels et anglicans au programme

Deuxième session de la journée de prière et d’étude avec le Collège cardinalice

| 1493 clics

ROME, Dimanche 21 novembre 2010 (ZENIT.org) - Le thème des abus sexuels et celui de l'accueil des anglicans souhaitant la pleine communion avec Rome ont notamment été au programme de la deuxième session de la journée de prière et d'étude de Benoît XVI avec les membres du Collège cardinalice.

La rencontre s'est déroulée à la veille du Consistoire, le 19 novembre dernier, en présence de 150 cardinaux - dont les 24 prélats que le pape a créé cardinaux le 20 novembre.

Cette session de l'après-midi a commencé à 17h avec la célébration des vêpres et s'est poursuivie avec trois communications au programme, a rappelé un communiqué diffusé par la Salle de presse du Saint-Siège, le 19 novembre en fin de journée. 

Tout d'abord, l'archevêque Angelo Amato a parlé de la Déclaration « Dominus Iesus » de la Congrégation pour la doctrine de la foi, dix ans après sa publication. Il a observé qu'elle avait éclairé quelques vérités christologiques et ecclésiologiques fondamentales et avait relancé les dialogues oecuméniques et interreligieux à partir d'une identité catholique précise ; en même temps, elle n'a pas fermé les voies de recherche positives indiquées par le Concile sur la grande question du salut des non-chrétiens.

« La déclaration Dominus Iesus, en mettant en garde contre un pluralisme mal compris, reste un rappel valable d'éclairage doctrinal et pastoral, comme base de catéchèse, de la nouvelle évangélisation et de la ‘mission ad gentes' », a-t-il observé.

Abus sexuels et Anglicanorum coetibus

Le cardinal William Levada, a encore rapporté le communiqué du Saint-Siège, s'est ensuite exprimé sur les deux interventions qui lui avaient été confiées, sur la « Réponse de l'Eglise aux cas d'abus sexuels : vers une orientation commune » et sur la « Constitution apostolique ‘Anglicanorum coetibus' ».

« Dans sa première intervention, le cardinal a offert une mise à jour de la législation canonique concernant le délit d'abus sexuel sur mineurs, et a donc donné quelques observations concernant la grande responsabilité des évêques pour la protection des fidèles qui leur ont été confiés. Pour cela, il s'est inspiré des paroles du Saint-Père, de son exemple d'écoute et d'accueil envers les victimes, et a parlé de la collaboration avec les autorités civiles et de la nécessité d'un engagement efficace pour la protection des enfants et des jeunes et d'une sélection et une formation attentive des futurs prêtres et religieux. Il a enfin fait part d'un travail de préparation d'une lettre circulaire de la Congrégation aux Conférences épiscopales sur les lignes directrices à offrir pour un programme coordonné et efficace dans la direction décrite ci-dessus ».

Dans sa seconde intervention, le cardinal Levada a illustré la nature et l'origine de la Constitution apostolique sur l'institution des ordinariats pour les fidèles anglicans qui désirent entrer « de manière corporative » dans la pleine communion avec l'Eglise catholique. Il a expliqué le contexte œcuménique et la situation actuelle concernant la constitution des Ordinariats, dont le premier sera érigé en Grande-Bretagne, comme cela a été annoncé aujourd'hui même dans un « Statement » de la Conférence épiscopale d'Angleterre et du pays de Galles.

Abus sexuels : encourager les Conférences épiscopales du monde entier

Durant la discussion suivante, 12 cardinaux sont intervenus (le nombre total d'interventions dans la journée a donc été de 30), a enfin rappelé le communiqué du Saint-Siège.

Certains ont abordé avec des approfondissements supplémentaires les thèmes présentés dans la matinée, c'est-à-dire la liberté religieuse et la liturgie, alors que d'autres se sont référés aux thèmes de l'après-midi, en particulier celui de la réponse de l'Eglise aux cas d'abus sexuels.

Il a entre autres été question d'encourager les Conférences épiscopales à développer des plans efficaces, opportuns, articulés, complets et décisifs de protection des mineurs, qui tiennent compte des multiples aspects du problème et des lignes d'intervention nécessaires, soit pour le rétablissement de la justice, soit pour l'assistance des victimes, soit pour la prévention et la formation, même dans les pays où le problème ne s'est pas manifesté de manière aussi dramatique que dans les autres.

Au cours du débat, il a aussi été décidé de manifester la solidarité du Collège cardinalice - uni avec le Saint-Père - avec les peuples d'Irak et d'Haïti, particulièrement éprouvés, et de lancer une initiative concrète de récolte de dons caritatifs à envoyer par l'intermédiaire de Cor Unum.

La session s'est terminée peu après 19h par de brèves paroles de Benoît XVI et par la prière de l'Angélus.