Rencontre des Conférences épiscopales des pays de l'Europe du Sud-Est

« Le retour de la religion en Europe »

| 1100 clics

ROME, vendredi 9 mars 2012 (ZENIT.org) – « Le retour de la religion en Europe », c’est le titre de ce communiqué publié par neuf évêques catholiques des Conférences épiscopales des pays de l’Europe du Sud-Est à l’issue de leur rencontre à Strasbourg, le 8 mars.

Cette 12e rencontre était organisée par le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe, en collaboration avec la Mission permanente du Saint-Siège auprès du Conseil de l’Europe. Les évêques ont débattu avec les responsables du Conseil de l’Europe sur des thèmes « européens » particulièrement importants : liberté religieuse, droits des minorités, dimension religieuse du dialogue interculturel, famille, droits des enfants, responsabilité des parents, bioéthique…

Communiqué final

La religion comme facteur de cohésion sociale fait l’objet d’un intérêt renouvelé de la part du Conseil de l’Europe. A côté des principes des droits humains, de la démocratie et de l’État de droit, le thème de la liberté de religion questionne de plus en plus les fonctionnaires de Strasbourg. Le Christ fait irruption sur la scène européenne à travers ses fidèles qui montrent clairement qu’ils n’acceptent pas que la dimension de la foi soit reléguée dans la sphère privée.

Les présidents des Conférences épiscopales des pays de l’Europe du Sud-Est ont répondu cette année à l’invitation de Mgr Aldo Giordano, Observateur permanent du Saint-Siège auprès du Conseil de l’Europe, de se rencontrer à Strasbourg afin d’approfondir leur connaissance des institutions européennes, de discuter et de partager avec les fonctionnaires des institutions de Strasbourg leur souci commun du vrai bien spirituel, politique et social des habitants de ce continent.

A cette rencontre ont participé les présidents des Conférences épiscopales d’Albanie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Grèce, Roumanie, Conférence épiscopale internationale Sts Cyrille et Méthode et Turquie, ainsi que l’archevêque de Chypres des Maronites et l’évêque de Chisinau (Rép. de Moldavie).

A Strasbourg, les évêques ont rencontré un certain nombre de responsables du Conseil de l’Europe, parmi lesquels Gabriella Battaini-Dragoni, Directrice générale des programmes, le juge Jean-Paul Costa, ancien Président de la Cour européenne des droits de l’homme, Gianni Buquicchio, Président de la Commission de Venise, Giovanni Battista Celiento, Senior Evaluator, et László Surján, Vice président du Parlement européen.

Le Conseil de l’Europe, créé en 1949, est la plus ancienne organisation politique du continent. Il joue un rôle important dans le processus d’unification de l’Europe en parrainant les valeurs des droits humains, de la démocratie et du primat du droit (État de droit). Actuellement le Conseil vit une période de grandes réformes, pour remettre au centre de son action les valeurs qui ont été à la base de sa création.

Au cours des rencontres avec les responsables des institutions européennes, les thèmes suivants ont été abordés entre autres :

La liberté de religion

L’Église et le Conseil de l’Europe partagent la même préoccupation face à l’avancée des phénomènes de violation de la liberté de religion dans les pays européens, des phénomènes qui débouchent souvent sur des actes de violence, des extrémismes et des discriminations, notamment vis-à-vis des chrétiens. Ces phénomènes menacent la stabilité des sociétés européennes et le droit qu’a tout citoyen de choisir et de pratiquer librement sa religion. De ce point de vue, l’Église espère qu’à l’avenir le Conseil de l’Europe se fera encore davantage le promoteur de la défense de la liberté de religion.

Un intérêt renouvelé pour la religion

Les évêques participants regardent avec faveur l’intérêt renouvelé du Conseil de l’Europe pour la dimension religieuse de ses citoyens. Le rôle de la religion apparaît de plus en plus non pas comme une cause de problèmes, mais comme un facteur de cohésion sociale. Depuis quelques années en effet, le Conseil de l’Europe a noué un dialogue avec les communautés religieuses du continent. Les participants à la rencontre saluent le désir du Conseil de l’Europe de rendre ce dialogue régulier, tout en exprimant quelques réserves et préoccupations sur l’efficacité des rencontres entre communautés et convictions religieuses très différentes entre elles.

Rôle public des religions

Le fait que la religion joue un rôle public croissant dans la vie et dans la conscience des citoyens européens est amplement démontré par l’augmentation considérable des procédures engagées devant la Cour européenne des droits de l’homme sur des questions liées à la dimension religieuse, allant de la possibilité d’exprimer publiquement son appartenance et ses convictions religieuses à la reconnaissance légale des entités religieuses, notamment celles de l’Église catholique dans nombre de pays de l’Europe du Sud-Est. De ce point de vue, les participants soulignent l’importance d’accompagner le travail des fonctionnaires européen, en veillant en particulier à ce que les dispositions prises s’inspirent toujours de valeurs partagées et reconnues.

La réconciliation en Europe

La réconciliation dans la charité et dans la justice demeure un souci et une priorité que les Église de l’Europe du Sud-Est entendent défendre et promouvoir. Elle ne doit pas seulement viser au pardon face à un passé de divisions et de conflits, mais déboucher sur la coopération.

Au cours des ces débats, d’autres questions ont été présentées aux représentants du Conseil de l’Europe afin qu’elles puissent faire l’objet de réflexions de la part des institutions européennes, telles que : la possibilité que la vie à naître puisse recevoir la même attention et jouisse des mêmes possibilités de défense que celles de toute autre personne ; les droits et la défense de la famille ; l’amélioration des possibilités de contrôle du Conseil de l’Europe sur l’application des jugements de la Cour au niveau des États…

Lors de ces réunions, les participants ont pu rencontrer les ambassadeurs, les juges et certains fonctionnaires de leurs pays respectifs pour discuter ensemble de la contribution que ces Eglises de minorités donnent au bien commun de leurs sociétés respectives. Le fait que chaque Eglise locale appartienne à l’Eglise universelle est déjà une grande contribution pour la rencontre entre peuples et cultures.

Dans l’après-midi du mercredi 7 mars, les présidents des Conférences épiscopales ont participé à une Messe pour l’Europe organisée par la Mission permanente du Saint-Siège en collaboration avec l’archidiocèse de Strasbourg. La Messe a été présidée par Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg, et l’homélie a été prononcée par l’Observateur permanent, Mgr Aldo Giordano, dans une cathédrale bondée de fidèles, parmi lesquels de nombreuses personnalités engagées dans les institutions européennes, eurodéputés, ambassadeurs et fonctionnaires du Conseil de l’Europe, juges de la Cour européenne des droits de l’homme, ainsi que les membres des communautés et organismes ecclésiaux qui participent de près au cheminement européen.

LISTE DES PRÉSIDENTS PARTICIPANTS

Albanie - S.Exc. Mgr Rrok Mirdita, Archevêque métropolite de Tirana- Durazzo

Bosnie-Herzégovine - S.Exc. Mgr Franjo Komarica, Évêque de Banja Luka

Bulgarie - S.Exc. Mgr Christo Proykov, Exarque apostolique de Sofia

Chypres – S.Exc. Mgr Youssef Soueif, Archevêque de Chypres des Maronites

Grèce - S.Exc. Mgr Fragkískos Papamanólis, Évêque de Siros et Santorin

Moldavie – S.Exc. Mgr Anton Cosa, Évêque de Chişinău

Roumanie – S.Exc. Mgr Virgil Bercea, Évêque d’Oradea Mare (remplaçant le Président)

Sts Cyrille et Méthode - S.Exc. Mgr Zef Gashi, Archevêque de Bar

Sts Cyrille et Méthode – S.Exc. Mgr Ladislav Nemet, Évêque de Zrenjanin (Secrétaire général de la Conférence épiscopale)

Turquie – S.Exc. Mgr Louis Pelâtre, Vicaire apostolique d’Istanbul

Saint-Siège:

Mgr Aldo Giordano, Observateur permanent du Saint-Siège auprès du Conseil de l’Europe

Mgr Slađan Ćosić, Observateur permanent adjoint.

CCEE:

Mgr Duarte da Cunha, Secrétaire général CCEE