Rencontre du patriarche Alexis avec le président du Parlement italien

| 530 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 2 juin 2004 (ZENIT.org) – Lors de sa rencontre à Moscou avec le président du Parlement italien, le patriarche Alexis II a évoqué positivement la mise en place d’une commission mixte avec l’Eglise catholique, mais aussi les relations culturelles entre l’Italie et la Russie, comme le rapporte le site de la représentation de l'Eglise orthodoxe russe près les Institutions européennes dans son bulletin "Europaica" publié aujourd’hui (www.orthodoxeurope.org).



Le 25 mai dernier, le patriarche Alexis de Moscou et de toute la Russie a en effet reçu une délégation de la Chambre des députés du Parlement de la République italienne, dirigée par M. Pier Ferdinando Casini, son président, au monastère Danilov.

Le patriarche évoquait en es termes les relations entre l'Église catholique et l'Église orthodoxe russe: «Nos relations sont rendues difficiles par l'activité prosélyte des Catholiques, surtout des ordres religieux, en Russie. Lors de notre dernière rencontre avec le Cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens, nous avons décidé de créer un groupe de travail bilatéral chargé d'examiner les problèmes qui surgissent entre l'Église catholique et l'Église orthodoxe. Au début du mois de mai le groupe s'est réuni pour la première fois; lors de cette réunion, pour la première fois le côté catholique a officiellement reconnu la réalité du prosélytisme catholique sur le territoire canonique du Patriarcat de Moscou».

Le patriarche Alexis a par ailleurs souligné que les cultures et les spiritualités italienne et russe ont beaucoup de choses à partager et peuvent s'enrichir mutuellement.

«Il existe beaucoup de choses qui unissent la Russie et l'Italie, constatait le patriarche. Les architectes italiens ont contribué de manière significative à l'édification des monuments historiques de la Russie. La principale cathédrale de la Russie, celle de la Dormition du Kremlin, a été construite par l'architecte italien Aristote Fiorovanti.
De plus en plus de pèlerins russes se rendent en Italie. Dans la ville de Bari reposent les reliques de saint Nicolas qui est particulièrement vénéré en Russie. Le 22 mai, jour de la commémoration du saint, un groupe très important de pèlerins russes s'est rendu à Bari et a prié devant les reliques».

Le patriarche a ensuite fait remarquer que de nombreux russes habitent de nos jours en Italie. Se réjouissant de l’érection de paroisses orthodoxes, il évoquait aussi l’hospitalité de l’Eglise catholique en disant: «Nous sommes reconnaissants aux autorités italiennes d'avoir contribué à ce que les ressortissants de la Russie puissent ouvrir en Italie des paroisses. Nous avons établies des relations chaleureuses avec des paroisses, des monastères et des diocèses de l'Église catholique d'Italie. Je me souviens de mes visites dans votre pays, en particulier au Nord, où les envoyés de l'Église russe étaient toujours accueillis très chaleureusement et cordialement».