Rencontre entre le patriarche orthodoxe Daniel et le cardinal Sandri

Le patriarche invite à renforcer les liens

| 1663 clics

ROME, Vendredi 14 mai 2010 (ZENIT.org) - « Il existe entre l'Eglise orthodoxe roumaine et l'Eglise catholique des relations d'amitié et de collaboration qu'il faut renforcer, surtout en ce moment historique où la société européenne est marquée par un sécularisme préoccupant », a affirmé le patriarcat de Roumanie dans un communiqué diffusé au terme de la rencontre entre le patriarche orthodoxe roumain Daniel et le préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, le cardinal Leonardo Sandri.

La rencontre s'est déroulée le 7 mai à Bucarest, a rapporté L'Osservatore Romano, alors que le cardinal Sandri effectuait une visite en Roumanie du 6 au 10 mai.

« La coopération entre les chrétiens n'est pas une mode mais un devoir missionnaire moral », peut-on encore lire dans ce communiqué qui souligne par ailleurs la volonté du patriarche Daniel de reprendre le dialogue avec l'Eglise gréco-catholique de Roumanie et ce, afin de « trouver ensemble des solutions pratiques pour résoudre les désaccords concernant le patrimoine ».

Selon le Service d'information religieuse - Sir - de la Conférence épiscopale italienne, les relations entre l'Eglise catholique et l'Eglise orthodoxe en Roumanie ont connu des problèmes en raison de la restitution des édifices de culte qui ont appartenu à l'Eglise catholique avant de passer aux mains des orthodoxes par un décret du gouvernement de 1948.

En 2005, le patriarcat a interrompu unilatéralement les relations avec l'Eglise gréco-catholique dans la Commission mixte de dialogue parce que ces derniers avaient saisi la justice pour reprendre possession de leurs biens.

Selon L'Osservatore Romano, le patriarche Daniel a assuré que la reprise des relations avec la communauté gréco-catholique serait à l'ordre du jour du prochain synode de l'Eglise orthodoxe roumaine, qui se déroulera du 6 au 8 juillet prochains.

Le patriarche a aussi parlé d'une « invitation possible » de Benoît XVI à visiter le pays, avec l'accord du synode.