Rencontre mondiale des familles : l'indulgence et sa signification

Aux conditions habituelles, y compris par la télévision ou la radio

| 1154 clics

Anita Bourdin

ROME, vendredi 25 mai 2012 (ZENIT.org) – Les participants de la VIIe Rencontre mondiale des familles de Milan (30 mai-3 juin) peuvent recevoir à cette occasion l’indulgence plénière, aux conditions prévues par l’Eglise, de conversion personnelle, de communion et de réconciliation sacramentelles, et de prière aux intentions du pape. Mais aussi les catholiques qui s’uniront à l’événement, notamment par la radio ou la télévision.

Le Grand pénitencier, le cardinalMonteiro de Castro, indique en effet dans un « décret » du 17 mai, jour de l’Ascension, publié ce 25 mai par le Saint-Siège, que, « pour que les fidèles se préparent spirituellement à participer de la meilleure façon à cet événement », Benoît XVI leur accorde « le don des Indulgences »  de façon à ce que, « vraiment repentis et stimulés par la charité, il se dédient à la sanctification de la famille, en suivant l’exemple de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph ».

L’Indulgence plénière est accordée « aux conditions habituelles » de « confession sacramentelle, communion eucharistique, et prière aux intentions du pape », dit le communiqué, qui précise : « aux fidèles qui, l’âme détachée de tout péché, participeront avec dévotion à quelque célébration durant cette Rencontre mondiale des familles, tout comme à sa conclusion solennelle ».

Mais une mesure est aussi prévue pour les fidèles qui se trouvent « dans l’impossibilité de participer à cet événement » : il pourront recevoir l’Indulgence plénière, « aux mêmes conditions, si, unis spirituellement aux fidèles présents à Milan, ils réciteront en famille le « Notre Père », le « Credo », et d’autres prières pour invoquer la Miséricorde divine » en faveur des familles, notamment lors des transmissions télévisées ou radiophoniques des paroles de Benoît XVI.

L’Indulgence partielle est accordée à ceux qui, « le cœur contrit » prieront pour le bien des familles, conclut le décret.