Rencontrer Dieu à l'aéroport

Message de Benoît XVI aux aumôniers de l'Aviation civile

| 1262 clics

Anne Kurian

ROME, lundi 11 juin 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI encourage les aumôniers de l’Aviation civile à « apporter Dieu à l’homme » en « prenant soin de chaque personne » dans les aéroports, qui sont le « reflet de la réalité mondialisée ».

Le pape a reçu les participants au XVème Séminaire mondial des Aumôniers catholiques et des membres des Aumôneries de l'Aviation civile, ce lundi 11 juin 2012, au Vatican.

Le Séminaire, qui est promu par le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement a lieu du 11 au 15 juin, sur le thème : « La Nouvelle évangélisation dans le monde de l’Aviation civile » (cf. Zenit du 8 juin 2012).

Le souci de chacun

Les aumôniers d’aéroport, rappelle Benoît XVI, sont appelés à « rendre actuelle la mission de l’Église », c’est-à-dire « apporter Dieu à l’homme » et « guider l’homme à la rencontre de Dieu », dans les aéroports du monde.

Il les encourage donc à « annoncer la Bonne Nouvelle avec une force renouvelée, par la parole, par la simple présence, par l’exemple et par le témoignage ».

Malgré le caractère « occasionnel » des rencontres, ajoute-t-il, « les personnes savent reconnaître un homme de Dieu et, souvent, une petite semence dans un terrain accueillant peut germer et produire des fruits abondants ».

« Prenez soin de chaque personne », exhorte le pape : « quelle que soit sa nationalité ou sa condition sociale, qu’elle trouve en vous un cœur accueillant, capable d’écouter et de comprendre ». Ainsi tous pourront fazire l'expérience de « l’amour qui vient de Dieu ».

Benoît XVI souligne en ce sens l’importance des aumôneries aéroportuaires, comme « lieux de silence et de réconfort spirituel » car Dieu « ne manque pas de parler à tous ceux qui s’ouvrent à lui, spécialement dans la prière ».

Amour du prochain et solidarité

Les aéroports, fait-il observer, « sont des lieux qui reflètent la réalité mondialisée de notre temps » : en effet, des personnes différentes par leur nationalité, leur culture, leur religion, leur condition sociale et leur âge, s’y côtoient.

Le pape évoque également les situations « humaines variées et peu faciles » des aéroports, qui demandent une « attention toujours plus grande », comme les personnes sans-papier qui vivent dans « l’angoisse ».

En outre, poursuit-il, la « crise de la foi » du monde actuel se reflète dans les aéroports : « les contenus de la doctrine chrétienne et les valeurs qu’elle enseigne ne sont plus considérés des points de références ».

Les hommes et femmes qui y travaillent au quotidien sont donc « dans un milieu où la mobilité continuelle et la technologie en progrès constant, risquent d’obscurcir le caractère central que doit avoir l’être humain ».

Souvent, constate-t-il, une «on réserve une plsu grande attention à l’efficacité et à la productivité ». Et c'est « au détriment de l’amour du prochain et de la solidarité », qui devraient, au contraire, « toujours caractériser les relations humaines ».

Par conséquent, pour Benoît XVI, la présence des aumôniers est « importante et précieuse » : elle est un « témoignage vivant d’un Dieu qui est proche de l’homme ». Elle est aussi un « appel à ne jamais être indifférents » à l’égard de la personne rencontrée, mais à « l’accueillir avec disponibilité et amour ».