Rencontrer le Christ ressuscité

Dans sa Parole et dans l'Eucharistie

| 1059 clics

Anne Kurian

ROME, dimanche 22 avril 2012 (ZENIT.org) – Le Christ ressuscité reste présent dans l’Eglise notamment par  « la Parole et  l’Eucharistie », déclare Benoît XVI.

Le pape a en effet prié le Regina coeli ce dimanche 22 avril de la fenêtre de son bureau, avec des milliers de visiteurs rassemblés place Saint-Pierre, à Rome, sous le soleil. Des centaines de ballons multicolores égayaient la place, et des banderoles proclamaient en italien : « Nous t’aimons ! ».

Avant le Regina coeli, le pape a commenté l’Evangile du jour – troisième dimanche de Pâques – dans lequel « Jésus ressuscité se présente au milieu des disciples » (Lc 24,36).

Lorsque les disciples surmontent leur « doute initial » et s’ouvrent « au don de la foi », fait remarquer le pape, ils peuvent alors « comprendre ce qui a été écrit sur le Christ dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes » grâce à Jésus qui «leur ouvrit l'esprit à l'intelligence des Écritures ». Les disciples d’Emmaüs, de leur côté, « reconnurent Jésus à la fraction du pain » (Lc 24,35), rappelle le pape.

Dans ces signes, affirme Benoît XVI, « le Sauveur nous assure de sa présence réelle parmi nous », et ce « au moyen de la Parole et de l’Eucharistie ». Ainsi, poursuit-il, c’est « le Seigneur » que les baptisés rencontrent « dans la Célébration eucharistique ».

« Le Christ tout entier est dans ce sacrement », insiste le pape en citant saint Thomas d’Aquin, car « la divinité n'a jamais abandonné le corps qu’elle a assumé dans l'Incarnation». C’est d’ailleurs ce que Jésus montre par « des signes très réalistes », notamment en découvrant à ses apôtres ses mains et ses pieds.

« La résurrection, fait observer Benoît XVI, n’efface pas les signes de la crucifixion ». Cela montre, selon les mots de Romano Guardini, que Jésus « a changé, il ne vit plus comme avant » mais que son existence est toujours « corporelle » : « Elle comprend tout ce qu’il a vécu durant sa vie, son destin, sa passion et sa mort ».