Renouveau de la pastorale des migrants et changement d’image médiatique

Congrès au Vatican

| 780 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 18 novembre 2003 (ZENIT.org) – Le Saint-Siège promeut un renouveau mondial de la pastorale des migrants, et la représentante de l’ONU préconise de changer l’image les migrants diffusée par les media.



Le cardinal japonais, Stephen Fumio Hamao, président du conseil pontifical pour les Migrants a en effet inauguré mardi matin le Ve Congrès mondial pour la pastorale des migrants et réfugiés qui se tient au Vatican jusqu’au 22 novembre (cf. ZF031111, 12, 13, 14).

Ce congrès rassemble, précise un communiqué du dicastère organisateur, 297 participants, venant de 99 nations, 12 cardinaux, 72 évêques, 4 délégués fraternels d’autres confessions chrétiennes, 105 prêtres, 3 religieux , 50 religieuses et 58 laïcs, autour du thème: "Repartir du Christ, pour une pastorale rénovée des migrants et des réfugiés".

Le cardinal Hamao a souligné, dans son exposé inaugural, l’urgence à "agir en vue d’un monde plus fraternel et plus accueillant dans la solidarité, plus libre et plus pacifique".

Mme Gabriella Rodriguez, expert des Nations Unies en matière de droits des migrants a évoqué leur situation dans le contexte international, mettant en cause les media, qui, disait-elle, "offrent parfois une vision déformée des effets migratoires, qui entraîne des réactions préjudiciables aux immigrés".

Mme Rodriguez a voulu au contraire rappeler les dangers que les personnes contraintes à émigrer doivent affronter, comme "le trafic des êtres humains ou l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants, ainsi que le travail forcé".

Par conséquent, la représentante des Nations Unies a affirmé l’importance de "répandre des mécanismes d’information et de dénonciation" et de "sensibiliser les media pour supprimer l’usage de stéréotypes racistes ou xénophobes".

Pour sa part l’archevêque de Washington, le cardinal Theodore McCarrick, a recommandé que l’Eglise soutienne ceux qui témoignent de la "fraternité" aux migrants, tandis que le monde offre "la triste réalité de millions de personnes ayant perdu le droit de rester chez eux ou la possibilité d’exercer de droit".

Ce mardi après-midi une table ronde a permis d’examiner la situation des réfugiés continent par continent.