Rép. dém. Congo : trois prêtres enlevés au Nord-Kivu

Les évêques demandent leur libération "sans condition"

| 1896 clics

ROME, lundi 22 octobre 2012 (ZENIT.org) – La Conférence épiscopale du Congo (CENCO) demande la libération des trois prêtres congolais enlevés au Nord-Kivu.

Trois missionnaires assomptionnistes congolais, Jean-Pierre Ndulani, Anselme Wasukundi et Edmond Bamutupe ont été enlevés le 19 octobre 2012, aux environs de 21h, de leur paroisse Notre-Dame de Pauvres à Mbau, dans le diocèse de Beni-Butembo au Nord-Kivu - à 22 Km de Beni et à 70 Km de Butembo - dans l'est de la République démocratique du Congo. Les ravisseurs étaient des hommes en tenue militaire, non identifiés.

Dans un communiqué du 20 octobre 2012, la CENCO « condamne fermement » cet enlèvement de ces prêtres « nouvellement nommés » et qui « se consacrent à l’annonce de l’Evangile de la paix pour un monde fraternel », peut-on lire dans le communiqué, signé par Mgr Nicolas Djomo, président de la CENCO.

Les évêques, qui demandent leur libération « sans condition », font appel au « bon sens » des ravisseurs qui ont accompli ce geste « inadmissible » afin qu’ils « ne portent pas atteinte à l’intégrité physique et morale des trois prêtres ». 

« Nous disposons de différentes pistes afin de parvenir à retrouver les trois religieux enlevés. Nous devons comprendre quelle est la bonne » a déclaré Mgr Melchisédech Sikuli Paluku, évêque de Beni-Butembo, à l'agence vaticane Fides ce 22 octobre 2012.

L’évêque a précisé que son diocèse a « fait appel à la mobilisation générale non seulement de la police et des autres forces de sécurité mais également de la population de la zone afin qu'elle fournisse des informations sur les mouvements des ravisseurs ».

« La paroisse où ont été enlevés les religieux est située dans une zone où sont présents différents groupes armés qui commettent des actes de banditisme de ce genre » a-t-il également expliqué, assurant de la prière des fidèles « afin que Dieu touche le coeur des ravisseurs et qu'ils relâchent nos Pères ».

Selon des sources indépendantes rapportées par Radio Vatican, les ravisseurs pourraient être des rebelles ougandais de l’ADF/Nalu – l’Alliance des forces démocratiques – Armée nationale de libération d’Ouganda.