Respect des droits et de la dignité de la femme, défi lancé par le pape François

Intentions de prière, mars 2014

Rome, (Zenit.org) Marie-Dominique Corthier | 683 clics

Chaque mois le pape François nous confie deux intentions de prière, deux défis qu’il discerne pour notre monde et la mission de l’Eglise. La dignité d ela femme et les jeunes sont ceux qu'il lance pour mars 2014 :

Intention de prière universelle :
Prions pour que les droits et la dignité des femmes soient respectés dans toutes les cultures.

Intention de prière pour l'évangélisation :
Prions pour que de nombreux jeunes accueillent l'invitation du Seigneur à consacrer leur vie à l'annonce de l'Evangile.

Marie-Dominique Corthier, Assistante  du coordinateur européen de l’Apostolat de la Prière, commente pour ZENIT l’intention universelle. La deuxième intention est traitée dans le webmagazine gratuit « Prier au cœur du monde » : www.prieraucoeurdumonde.fr


Respecter les femmes, tout le monde y gagne

L’humanité a été créée à deux visages, le masculin et le féminin, pour la diversité, la complémentarité et sans nul doute la beauté… D’où vient que l’un d’eux soit si souvent défiguré, nié ou pire, maltraité par l’autre, comme si la violence devait remplacer l’harmonie prévue depuis les origines ? Le Pape François nous invite ce mois-ci à prier et agir afin que les droits et la dignité des femmes soient respectés dans toutes nos cultures. Un défi de taille à relever !

Deux simples chiffres suffiraient à crier l’injustice faite aux femmes dans le monde : alors qu’elles représentent près de 51% de la population de certains continents, ce nombre tombe à 48% dans des pays tels que la Chine ou  l’Inde, ce qui fait dire à  Ambrose Vedam, jésuite indien : « C’est un miracle qu’une femme survive en Inde ». Une boutade  très répandue rappelle qu’ « un homme sur deux est une femme ». On aimerait donc que ce soit tout à fait vrai. Commençons par observer notre langage. Une simple règle de grammaire peut en dire long : le masculin qui prime sur le féminin  par exemple, ou encore l’emploi du mot « homme » pour signifier « l’être humain ».

La violence faite aux femmes n’est l’apanage d’aucune culture, d’aucun continent, d’aucune religion. Il nous appartient de nous informer et de lutter contre toute pensée faite d’a priori et d’ignorance.   La femme est celle qui donne la vie, la soutient dans ses premiers balbutiements, elle en tire une véritable force de vie. Mais elle est aussi « laplus fragile dans la misère car elle peut être regardée comme une proie, sujette aux agressions sexuelles, aux violences ».Notre humanité ne reste pas inactive devant cette injustice. Partout, dans le monde et en France, des personnes se mobilisent et des lieux  sont ouverts à celles qui « cherchent un endroit pour souffler ».

Les Nations Unies  ont choisi le mois de mars pour célébrer la Journée de la femme.  Le thème de cette année 2014 entre tout à fait en résonance avec l’intention de prière du Pape confiée au réseau de l’Apostolat de la Prière : « L’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour toutes et tous ». Dans le même élan, nous sommes unis à ces femmes de toutes confessions chrétiennes mobilisées autour de laJournée Mondiale de Prière le 1er vendredi de marsdepuis plus d’un siècle.Voir sur notre site.

Par ailleurs, on pourrait s’interroger sur la place des femmes dans notre propre Eglise. Héritière d’une longue histoire, celle-ci a encore bien du chemin à faire pour leur reconnaître une égalité de droits avec les hommes. Sans forcément réclamer les mêmes prérogatives que ces derniers, elles ont une grâce qui leur est propre et peuvent prétendre avoir droit à la parole et à davantage de responsabilités. Il est heureux que la réflexion constructive du Pape François laisse augurer d’une possible évolution dans ce domaine. N’oublions pas que, depuis toujours dans l’histoire du salut, certaines ont su prendre leur place et agir avec audace, comme ce fut le cas par exemple de Judith, de Marie de Magdala, de Lydie et de beaucoup d’autres.Oui, la marche des femmes est en route et nous pouvons espérer que « Des eaux jailliront dans le désert ».

Puisse ce mois de prière, en union avec des millions d’hommes et de femmes dans le monde, contribuer à ouvrir nos mains et incliner nos cœurs vers un profond respect de nos mères, filles, sœurs, amies connues et inconnues.

L’Apostolat de la prière est le service officiel des intentions de prière du Pape. Nouveau site :
www.prieraucoeurdumonde.fr