Révélations inédites de Benoît XVI sur l’âme du cardinal Javierre

Obsèques du cardinal en la Basilique Saint-Pierre

| 1449 clics

ROME, Vendredi 2 février 2007 (ZENIT.org) – Au cours des obsèques du cardinal Antonio María Javierre Ortas, célébrées en la basilique Saint-Pierre, le pape Benoît XVI a lu quelques passages d’écrits inédits du cardinal salésien révélant son profond amour pour l’Eucharistie.



Au cours de son homélie, Benoît XVI a lu des passages de lettres que l’ancien préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, décédé ce jeudi à l’âge de 85 ans, avait adressées au pape Jean-Paul II.

En 1992, recevant sa nomination comme préfet, le cardinal écrivait : « Comptez, Sainteté, sur mon effort sincère pour porter à terme l’engagement qui m’a été confié. Je l’imagine gravitant complètement autour de l’EUCHARISTIE », « écrit en majuscules », a déclaré Benoît XVI.

« Tout gravite autour de ce barycentre », écrivait le cardinal espagnol.

A l’occasion du 50e anniversaire de son ordination sacerdotale, dans une lettre de remerciement pour les vœux que le pape lui avait adressés, il écrivait : « A l’époque de mon ordination à Salamanque le sacerdoce gravitait intégralement autour de l’Eucharistie… C’est une joie de revivre les sentiments de notre ordination, conscients que dans l’Eucharistie, sacrement du Sacrifice, le Christ actualise en plénitude son unique Sacerdoce ».

« Le cardinal Javierre Ortas a voulu que son existence personnelle et sa mission ecclésiale soient un message d’espérance ; à travers son apostolat, en suivant l’exemple de saint Jean Bosco, il s’est efforcé de communiquer à tous que le Christ est toujours avec nous », a déclaré Benoît XVI.

« Fils de la patrie de sainte Thérèse et de saint Jean de la Croix, combien de fois a-t-il prié dans son cœur : Nada te turbe, / nada te espante. / Quien a Dios tiene / nada le falta / … / Sólo Dios basta ?» (Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie, celui qui possède Dieu ne manque de rien… Dieu seul suffit), s’est interrogé le pape.

Benoît XVI a poursuivi en lisant un passage d’une lettre envoyée par le cardinal, alors âgé de 75 ans, à Jean-Paul II, après avoir quitté son service à la curie romaine : « Il ne me reste qu’à implorer que le Seigneur utilise – dans un registre divin – la bonté de son vicaire lorsqu’au crépuscule de la vie – non loin – arrivera pour moi l’heure de l’examen sur l’amour ».

« Il a quitté la charge de préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements ‘sur la pointe des pieds’ pour se consacrer au service qu’en revanche on ne doit jamais quitter : la prière », a expliqué Benoît XVI.

« Et maintenant que le Père céleste l’a voulu avec lui, je suis certain qu’au Ciel – où nous croyons que le Seigneur l’a accueilli dans une accolade paternelle – il continue à prier pour nous », a-t-il ajouté.

Citant un écrit du cardinal Javierre, le pape a conclu en disant : « Il est merveilleux de penser que peu importe la série de péchés de notre vie, qu’il suffit de lever les yeux et voir le geste du Sauveur qui nous accueille un à un avec une bonté infinie, avec une extrême amabilité ».