Révision du texte accompagnant la photo de Pie XII à Yad Vashem

Une « bonne nouvelle » pour le Custode de Terre Sainte

| 1753 clics

Sergio Mora

Traduction d'Océane Le Gall

ROME, lundi 2 juillet 2012 (ZENIT.org) – La direction du musée de l’Holocauste, à Jérusalem, le mémorial de  Yad Vashem, a décidé de changer le texte qui accompagne la photo du pape Pie XII et critique son action.

Dans l’ancien texte, le pape était accusé de ne pas s’être élevé contre les exactions anti-juives des nazis durant la seconde guerre mondiale, alors que dans le nouveau texte, il est reconnu à Pie XII d’être intervenu, dès son radio message de Noël en 1942, en faveur de « centaines de milliers de personnes qui, sans avoir commis de faute, mais pour des raisons de classe ou nationalité,  sont destinées à la mort ou à des conditions progressives de dépérissement ».

En avril 2007,  ce texte avait créé un incident diplomatique, le nonce apostolique en Israël, Mgr Antonio Franco, refusant de prendre part à la cérémonie du Jour de la Mémoire si on ne changeait pas cette inscription.

Un retrait que « le chercheur juif Sir Martin Gilbert, grand historien de la shoah, avait lui aussi réclamé », a rappelé le P. Peter Gumpel, postulateur de la cause de béatification de Pie XII.

Mgr Antonio Franco avait finalement participé à la cérémonie après que le directeur du centre, Avner Shalev, lui eût promis de réviser le texte de la légende.

Le nouveau texte fait état du nombre considérable d’activités de secours entreprises par l’Eglise catholique pour sauver les juifs et de l’intervention personnelle de Pie XII pour encourager ces activités et protéger les juifs.

Interrogé par ZENIT le P. Pierattista Pizzaballa, OFM, Custode de Terre Sainte, a commenté ce changement,  affirmant que « c’est une bonne nouvelle ». 

« Même si, à leurs yeux,  cela ne fera pas tout à  coup de Pie XII un saint, la situation sera sûrement meilleure », a-t-il ajouté : on indique que « les actions du pape font encore l’objet de grandes discussions ».

La nouvelle du changement dans le texte a été publiée par le quotidien israélien Haaretz.