Rio 2013 : le pape "très heureux" de l'accueil des Brésiliens

Décryptage du P. Lombardi

Rio de Janeiro, (Zenit.org) Thácio Lincon Soares de Siqueira, Anne Kurian | 547 clics

Malgré les imprévus et les changements de programme, devant l’enthousiasme des Brésiliens dans les rues, le pape lui-même est « très heureux » de l'accueil chaleureux et spontané qu'il a reçu à son arrivée au Brésil : il a « une compréhension très fine de la sensibilité et de la gaieté de ce peuple », souligne le P. Lombardi.

Lors d’une conférence de presse au Media Center de Copacabana, le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, a évoqué l’arrivée du pape François à Rio de Janeiro pour la Journée mondiale de la jeunesse, hier, 22 juin 2013.

Un accueil enthousiaste 

Le P. Lombardi est notamment revenu sur les imprévus du premier contact du pape François avec la foule brésilienne, entre l’aéroport de Rio et le palais présidentiel de Guanabara.

S’il y a eu « une petite erreur sur la route, qui a engendré quelques difficultés pour poursuivre le parcours » – la foule enserrant la voiture du pape – le P. Lombardi s’est réjoui que « le pape ait été accueilli d’une façon absolument enthousiaste ».

Ce moment « a suscité un peu de stupeur ou de préoccupation », a-t-il admis, citant en particulier les craintes du secrétaire du pape, Mgr Alfred Xuereb. Mais le pape lui-même est resté « toujours souriant et très heureux ». Il avait d’ailleurs fait ouvrir la fenêtre de la petite Fiat grise où il était assis.

« L'enthousiasme aurait pu être si grand qu'il aurait été difficile à contrôler », mais finalement il n’y a eu « aucune inquiétude », a précisé le P. Lombardi : en résumé, « l'impression a été très bonne. Ce fut une expérience extraordinaire de l'enthousiasme des jeunes ».

La dernière partie de l'itinéraire, qui aurait dû se passer dans la jeep du pape, a dû finalement se faire par hélicoptère : « une décision prise par les autorités brésiliennes, en raison de manifestations autour du palais de Guanabara », a-t-il expliqué.

Un voyage dynamique

Le voyage en avion de Rome à Rio a été « très calme mais très dynamique », a également rapporté le P. Lombardi : « le pape a rencontré les 70 journalistes, cameramen, photographes, de façon très personnelle, humaine et amicale ».

Bien qu'il n'ait pas fait de conférence de presse, le pape a prononcé un discours « important » qui a porté principalement sur deux points : « il a expliqué son point de vue sur la JMJ », une occasion « de voir la jeunesse non pas comme quelque chose de séparé, mais en la replaçant toujours dans le contexte plus large de la société… Les jeunes ont la force et les vieux ont la sagesse. Nous avons besoin des deux ».

Le deuxième point a porté sur « la culture du jetable » : le pape s’est prononcé « en faveur d'une culture de l'inclusion et de la rencontre », et s’est inquiété en particulier du chômage des jeunes.

De même, lors de son premier discours, devant la présidente Mme Dilma Rousseff, au palais de Guanabara, le pape a exprimé sa préoccupation pour les jeunes Brésiliens et les jeunes Latino-américains.

L’immense coeur du Brésil

Ce premier jour a été « une expérience utile en vue des prochains jours, pour chercher à éviter ces petits inconvénients, mais aussi [pour montrer] un aspect positif de ce grand enthousiasme », confie le P. Lombardi au micro de Radio Vatican.

« Le pape, ajoute-t-il sait que les Brésiliens sont très cordiaux. Il sait que les latino-américains et les Brésiliens en particulier, sont des personnes de cœur. Dans son premier discours, le mot “coeur” revient plusieurs fois. Il parle de l’immense cœur du Brésil... Cela me semble une compréhension très fine de la sensibilité et de la gaieté de ce peuple ».

Durant leur rencontre privée, la présidente a exprimé « son appréciation pour l’engagement du pape dans la justice sociale, la croissance humaine, les jeunes ». Elle s’est dite marquée par son discours à Lampédouse : « de cette petite île de la Méditerranée, le pape a réussi à parler au cœur du monde… », constate le P. Lombardi.

Aujourd’hui, mardi 23 juillet, l’agenda du pape est réservé au repos. Mais « le pape est toujours capable d’inventer quelque chose de nouveau », souligne le P. Lombardi : « le pape a beaucoup d'énergie. Il ne se repose presque jamais. Il est étonnant ».

« Je ne peux pas assurer que ce soit un jour calme... Mais je ne crois pas qu’il y aura des évènements importants avec sa participation. L’évènement important est la messe d’ouverture de la Journée mondiale de la jeunesse, qui traditionnellement se fait sans le pape », conclut-il.