Rome crée le premier ordinariat pour anciens anglicans

D’Angleterre et du Pays de Galles ; le supérieur est un ancien évêque anglican

| 2256 clics

 ROME, Dimanche 16 janvier 2011 (ZENIT.org) - Le Saint-Siège a créé ce samedi le premier ordinariat personnel (une sorte de diocèse sans territoire défini) pour les anglicans d'Angleterre et du Pays de Galles qui ont exprimé le souhait d'entrer dans la pleine communion avec Rome.

Il a été érigé par la Congrégation pour la doctrine de la foi le jour même où, en la Cathédrale de Westminster, l'archevêque catholique de Londres, Mgr Vincent Nichols, ordonnait prêtres catholiques trois anciens évêques anglicans.

Il s'agit des révérends Andrew Burnham (évêque anglican de Ebbsfleet, 2000-2010), John Broadhurst (évêque anglican de Fulham, 1996-2010) et Keith Newton (évêque suffragant de Richborough 2002-2010). Ce dernier a été nommé ordinaire (supérieur) du nouvel Ordinariat personnel de Notre-Dame de Walsingham qui aura pour patron le bienheureux John Henry Newman.

Le révérend Newton, âgé de 58 ans, est né à Liverpool. Il est marié, père de 3 enfants. Il a été accueilli avec son épouse dans la communion avec l'Eglise catholique, en la Cathédrale de Westminster, le 1er janvier dernier. Il avait reçu l'ordination épiscopale anglicane le 7 mars 2002. Il était notamment visiteur épiscopal pour la province de Canterbury.

Il sera supérieur de l'Ordinariat en tant que prêtre et non en tant qu'évêque car, comme l'explique un communiqué publié ce samedi par le Bureau de presse du Saint-Siège, « pour des raisons doctrinales, l'Eglise ne permet, dans aucune circonstance, l'ordination épiscopale d'hommes mariés ». « Cependant, la Constitution apostolique prévoit, dans certaines conditions, l'ordination sacerdotale d'anciens membres du clergé anglican mariés ».

Il est précisé dans la note du Vatican que cet Ordinariat a pour but de « permettre à d'anciens anglicans d'entrer en pleine communion avec l'Eglise catholique tout en préservant des éléments de leur patrimoine anglican distinctif ».

« Avec cette structure, lit-on par ailleurs, la Constitution apostolique Anglicanorum coetibus vise à trouver un équilibre entre d'un côté le souci de préserver les nobles traditions liturgiques, spirituelles et pastorales des anglicans et de l'autre le souci que ces groupes et leur clergé soient pleinement intégrés dans l'Eglise catholique ».

Le Bureau de presse du Saint-Siège souligne que les premiers groupes d'anglicans d'Angleterre et du Pays de Galles seront reçus dans l'Eglise catholique avec leurs pasteurs, à Pâques. Ceux qui se préparent à l'ordination sacerdotale seront ordonnés « autour de la Pentecôte ».

« La réglementation de cette nouvelle structure est conforme à l'engagement dans le dialogue oecuménique qui reste une priorité pour l'Eglise catholique », précise le Vatican qui rappelle que « l'initiative qui a conduit à la publication de la Constitution apostolique et à l'érection de cet ordinariat personnel appartient à un certain nombre de groupes anglicans différents qui ont déclaré partager la foi catholique commune telle qu'elle est exprimée dans le Catéchisme de l'Eglise catholique et accepter le ministère de Pierre comme une chose voulue par le Christ pour l'Eglise ».

« Le temps est maintenant venu pour eux d'exprimer cette unité implicite sous la forme visible de la pleine communion », conclut-il.

Selon certaines sources, entre 30 et 50 évêques anglicans, ainsi que de nombreuses paroisses, auraient exprimé leur désir d'entrer dans l'Eglise catholique.

Le schisme anglican date de 1534. N'ayant pas obtenu la nullité de son mariage avec Catherine d'Aragon du pape Clément VII (1478-1534), le roi d'Angleterre, Henri VIII (1491-1547) créa l'Eglise d'Angleterre dont il se proclama le chef.

Jesús Colina