Roumanie : Le Premier ministre Emil Boc reçu par le card. Bertone

Quid de la cathédrale Saint-Joseph ?

| 1204 clics

ROME, Jeudi 17 septembre 2009 (ZENIT.org) - Le sort des catholiques en Roumanie (des deux rites latin et byzantin) et le sort de la cathédrale Saint-Joseph de Bucarest ont été parmi les sujets abordés lors des conversations au Vatican du Premier ministre roumain.

Le Premier ministre de Roumanie, M. Emil Boc a en effet été reçu ce matin par le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat et par Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations avec les Etats. Il avait rencontré Benoît XVI, hier, mercredi 16 septembre, au terme de l'audience générale (cf. Zenit du 16 septembre 2009).

Parmi les sujets abordés, signale un communiqué de la salle de presse du saint-Siège, la question de « la cathédrale Saint-Joseph de Bucarest » et le sort des « communautés catholiques de Roumanie ».

Le communiqué du Saint-Siège fait état d'entretiens « cordiaux » et d'un « échange d'opinion fructueux sur des thèmes de l'actualité internationale ».

Il évoque notamment des « aspects de la coopération bilatérale entre le Saint-Siège et la Roumanie ».

« On n'a pas manqué, ajoute la même source, de toucher aussi des questions importantes pour les relations entre l'Eglise catholique et l'Etat roumain ».

Et à ce propos, le communiqué précise que le cardinal secrétaire d'Etat « s'est intéressé, entre autres, à la situation de la cathédrale saint-Joseph de Bucarest et des communautés catholiques en Roumanie », qui sont une minorité, naguère persécutée et spoliée par le régime communiste, notamment les gréco-catholiques.

Le 4 décembre 2006 déjà, le Saint-Siège avait publié une note quant au sort de la cathédrale, protestant contre un projet de construction d'une tour de 19 étages et de 4 sous-sols, à moins de dix mètres de l'édifice religieux.

Les craintes étaient aggravées par le précédent de l'Eglise arménienne qui, pour des motifs analogues, avait subi de graves lésions.

La note évoquait entre autres des dispositions du Traité de l'Union européenne de 1993 sur les conditions légales et les mesures pour le maintien du patrimoine culturel, et auquel la Roumanie a adhéré.

En outre, un rapport d'une commission d'enquête demandait la suspension immédiate des travaux.

La cathédrale de Bucarest appartient, soulignait le Saint-Siège, au patrimoine historique non seulement de la communauté catholique, mais de toute la population roumaine.

Anita S. Bourdin