Rowan Williams évoque les points positifs des ordinariats pour les Anglicans

L’archevêque de Canterbury reçu en audience par Benoît XVI

| 1614 clics

ROME, Vendredi 19 novembre 2010 (ZENIT.org) - L'archevêque de Canterbury, Rowan Williams, voit des aspects positifs dans la création d'ordinariats pour l'accueil dans l'Eglise catholique de communautés anglicanes.

Le primat anglais l'a déclaré au Vatican le 18 novembre après l'audience privée que le pape lui a accordée. Rowan Williams avait participé la veille à la cérémonie commémorative des 50 ans du Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens.

Le 8 novembre dernier, 5 évêques anglicans de l'Eglise d'Angleterre ont annoncé qu'ils renonçaient à leur ministère dans l'Eglise anglicane et qu'ils souhaitaient s'unir à un ordinariat personnel prévu pour les Anglicans, en pleine communion avec l'Eglise catholique.

La possibilité de créer ces circonscriptions ecclésiastiques non régionales a été établie il y a un an par Benoît XVI, en promulguant la Constitution apostolique Anglicanorum Coetibus.

De cette manière, les anglicans qui le désirent, même en communauté, peuvent reconnaître le primat du pape en maintenant des éléments de leur propre tradition liturgique et spirituelle.

« Je regrette évidemment ces démissions mais je les respecte », a déclaré Rowan Williams à Radio Vatican.

« Je connais leurs considérations, surtout pour les deux qui m'étaient suffragants. Nous en avons parlé, nous avons travaillé et nous nous sommes séparés dans la prière et la bénédiction, c'est pourquoi il n'y a aucun sentiment négatif », a-t-il expliqué.

« Je pense que le défi consistera à résoudre la question de l'utilisation partagée des églises, de la manière dont nous, anglicans, nous ‘conseillons' les personnes et bien sûr, il y aura des paroisses sans prêtre, nous nous trouvons donc devant un défi pratique », a-t-il ajouté.

Interrogé sur la description donnée par Benoît XVI de l'ordinariat - un geste « prophétique » - l'archevêque de Canterbury a affirmé : « Je pense que si l'ordinariat peut aider les gens à valoriser l'héritage ou le patrimoine anglican, c'est un bien, et je suis heureux de louer Dieu pour cela. Je ne le considère pas comme un acte agressif, visant à déstabiliser les relations des Eglises ».

« Mais prophétique ? », s'est demandé Rowan Williams. « Peut-être oui, dans le sens où l'Eglise catholique dit que les manières d'être chrétiens dans l'Eglise occidentale ne se limitent pas à l'identité historique catholique romaine - c'est une chose dont on peut parler ».

Au cours de l'audience accordée le 18 novembre à l'Assemblée plénière du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, Benoît XVI a confirmé l'engagement de l'Eglise catholique dans la recherche de l'unité avec les anglicans et les autres confessions.

« Malgré la présence de nouvelles situations problématiques ou de points difficiles pour le dialogue, l'objectif du chemin œcuménique reste inchangé, tout comme l'engagement ferme de le poursuivre », a affirmé le pape.

« Mais il ne s'agit pas d'un engagement politique, dans lequel entre en jeu l'habileté à négocier » ou la « capacité à trouver des compromis » qui permettrait d'arriver, en un temps donné, « à des accords acceptables par tous », a-t-il insisté.

Jesús Colina