Rugir contre la faim d'un milliard d'êtres humains

La nourriture disponible est suffisante (texte intégral)

Rome, (Zenit.org) Pape François | 733 clics

"La nourriture disponible dans le monde suffirait à nourrir tout un chacun", s'indigne le pape François dans un message vidéo à l'occasion de la campagne de Caritas Internationalis contre la faim dans le monde.

Il dénonce une nouvelle fois le scandale de la faim qui touche un milliard de personnes dans le monde.

Il appelle à une mobilisation aux côtés de Caritas et à faire entendre un "rugissement" pour secouer les conscience: "J’invite toutes les institutions du monde, toute l’Église et chacun de nous, comme une seule famille humaine, à nous faire l’écho des personnes qui silencieusement souffrent de la faim, afin que cet écho devienne un rugissement capable de secouer le monde".

Il refuse le défaitisme: il faut "arrêter de penser que nos actions quotidiennes n’ont pas d’impact sur les vies de ceux – voisins ou lointains – pour qui la faim est une expérience directe".

Message vidéo du pape François

Chers frères, chères sœurs,
Je suis heureux de vous annoncer aujourd’hui le lancement de la « Campagne contre la faim dans le monde » lancée par notre Caritas Internationalis et de vous communiquer que j’entends y donner mon plein soutien.

Cette confédération, avec l’ensemble de ses 164 organisations membres, est active dans 200 Pays et territoires du monde et leur travail est au cœur de la mission de l’Église et de son attention envers tous ceux qui souffrent à cause du scandale de la faim, et avec lesquels le Seigneur s’est identifié lorsqu’il disait : « J’avais faim et vous m’avez donné à manger ».

Quand les apôtres dirent à Jésus que les personnes qui étaient venues écouter ses paroles avaient en outre faim, Il les incita à aller chercher de la nourriture. Vu qu’ils étaient eux-mêmes pauvres, ils ne trouvèrent que cinq pains et deux poissons, mais par la grâce de Dieu ils parvinrent à rassasier une multitude de personnes, recueillant même les restes et réussissant ainsi à éviter tout gaspillage.

Nous nous trouvons face au scandale mondial d’environ un milliard, un milliard de personnes qui au jour d’aujourd’hui souffrent encore de la faim. Nous ne pouvons pas tourner le dos et faire semblant que ce problème n’existe pas. La nourriture disponible dans le monde suffirait à nourrir tout un chacun. La parabole de la multiplication des pains et des poissons nous enseigne justement cela : si la volonté est là, ce que nous avons ne s’épuise pas, mais plutôt il en reste et rien n’est perdu.

Ainsi, chers frères, chères sœurs, je vous invite à ouvrir votre cœur à cette urgence, en respectant le un droit donné par Dieu à tous : le droit d’avoir accès à une alimentation adéquate. Partageons ce que nous avons dans la charité chrétienne avec ceux qui sont contraints d’affronter de nombreux obstacles pour satisfaire un besoin aussi primaire et en même temps, rendons-nous promoteurs d’une authentique coopération avec les pauvres, pour qu’au travers de leur et de notre travail ils puissent vivre une vie digne.

J’invite toutes les institutions du monde, toute l’Église et chacun de nous, comme une seule famille humaine, à nous faire l’écho des personnes qui silencieusement souffrent de la faim, afin que cet écho devienne un rugissement capable de secouer le monde. Cette campagne se veut aussi une invitation pour nous tous à devenir plus conscients de nos choix alimentaires, qui souvent comprennent le gaspillage d’aliments et une mauvaise utilisation des ressources que nous avons à disposition.

C’est aussi une exhortation à arrêter de penser que nos actions quotidiennes n’ont pas d’impact sur les vies de ceux – voisins ou lointains – pour qui la faim est une expérience directe. Je vous demande, de tout mon cœur, de soutenir notre Caritas dans cette noble campagne, pour agir comme une seule famille qui s’implique pour assurer l’alimentation à tout un chacun.

Prions pour que Dieu nous donne la grâce de voir un monde dans lequel personne ne doive plus jamais mourir de faim. Et tout en demandant cette grâce, je vous donne ma bénédiction.

[Texte original: Italien]