Rwanda: nourrir la foi d'un peuple fragilisé par les guerres

Par Mgr Jean Damascène Bimenyiamana

| 1106 clics

Océane Le Gall

ROME, vendredi 19 octobre 2012 (ZENIT.org) -  Nourrir et renforcer la foi d’un peuple fragilisé par une succession de situations et événements tragiques : c’est ce que souhaite Mgr Jean Damascène Bimenyimana, pour son pays, le Rwanda, en cette heure de nouvelle évangélisation.

L’évêque de Cyangugu est intervenu mercredi dernier, 17 octobre, à la 15èmecongrégation générale du Synode au Vatican, insistant sur l’importance que l’Eglise au Rwanda attache aux sessions et retraites pour les familles afin que celles-ci puissent se rencontrer et débattre des défis qu’elles rencontrent chaque jour.

« On insiste sur la parenté responsable et sur le rôle de la femme, d’autant plus que les femmes veuves responsables de familles sont très nombreuses », a dit l’évêque, et donc  par voie de conséquence aussi sur les enfants car la grande préoccupation de l’Eglise est de «  veiller à ce que les enfants grandissent en âge et en sagesse avec une foi bien enracinée en eux ».

Pour cela, il a fallu réorganiser les communautés ecclésiales de base en les répartissant selon les exigences : création d’espaces pour les enfants (« clubs d’enfants » ou « soirées d’enfants ») ; pour les jeunes élèves, leurs parents et enseignants, mise en place une «  semaine de l’éducation catholique » et, au plan des paroisses, créer des espaces « à taille moyenne » capables de soutenir la foi de ceux qui en font partie.

Enfin, pour entretenir un climat de paix après les conflits, chaque communauté ecclésiale de base a une équipe de deux ou quatre personnes appelées « Les apôtres de la paix » qui ont été initiées aux différentes méthodes de résolution des conflits.