S.B. Twal invite à répondre à la violence par l'amour de l’Enfant de Bethléem

| 1409 clics

ROME, Samedi 25 décembre 2010 (ZENIT.org) - Dans son homélie de la messe de la nuit de Noël, célébrée dans l'église Sainte-Catherine à Bethléem, le patriarche latin de Jérusalem a invité à répondre à la violence intégriste par l'amour de l'Enfant de Bethléem.

« Dans un monde déchiré par la violence et l'intégrisme, qui légitime les pires actions, jusqu'aux assassinats dans les églises, l'Enfant de Bethléem vient nous rappeler que le premier commandement est l'Amour », a affirmé S.B. Fouad Twal.

« Il nous enseigne le pardon et la réconciliation, même avec nos ennemis », a-t-il ajouté.

Puis il a cité les paroles de Jésus dans l'Evangile de Matthieu, qui dit : « Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux » (Mt 5, 43-45).

Evoquant l'Assemblée spéciale du Synode des évêques pour le Moyen-Orient, S.B. Fouad Twal a rappelé que l'importance du dialogue y a été soulignée.

« Le dialogue est une disposition de cœur, une valeur indispensable à tous les niveaux : tout d'abord entre les différentes Eglises catholiques du Moyen-Orient, qui passe par la collaboration entre les différents Patriarcats, mais aussi au niveau inter confessionnel et inter religieux. Ce dialogue est un impératif, il est la réponse à l'athéisme moderne et aux intégrismes qui menacent le Peuple de Dieu », a-t-il dit.

« Ainsi, le fanatisme a récemment frappé la communauté chrétienne d'Irak de façon tragique. De telles actions sont unanimement condamnées par chrétiens et musulmans », a-t-il ajouté.

« Le Message du Synode invite à intensifier le dialogue avec nos frères juifs et musulmans : il s'agit de nous réunir autour de nos valeurs communes, qui sont nombreuses, comme la prière, la piété, le jeûne, l'aumône, et surtout les valeurs éthiques » a affirmé le patriarche.

« En ce Noël, nous souhaitons que Jérusalem devienne non seulement la capitale de deux nations, mais aussi un modèle pour le monde entier de bonne entente et de coexistence entre les trois religions monothéistes », a poursuivi S.B. Fouad Twal.

« Notre souhait pour cette Fête est que le son des cloches de nos églises couvre le bruit des armes dans notre Moyen-Orient blessé. Que la joie se dessine sur tous les visages, que l'allégresse pénètre tous les cœurs ! Prions pour la paix : nous souhaitons qu'elle descende sur le peuple d'Israël comme sur le peuple de Palestine et sur tout le Moyen-Orient, afin que nos enfants puissent vivre et grandir dans un environnement serein », a-t-il conclu.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas a assisté à la célébration, ainsi que Salam Fayaad, le premier ministre, et un nombre important de pèlerins (environ 15 000 venus du monde entier). Les autorités israéliennes ont par ailleurs accordé 500 permis aux chrétiens de la Bande de Gaza pour accéder à Bethléem.