Saint-Nicolas-des-Lorrains : « Eblouissant travail de restauration »

Par le card. Poupard

| 1744 clics

ROME, Mardi 12 décembre 2006 (ZENIT.org) – Le cardinal Poupard, président du conseil de la Culture, salue « l’éblouissant travail de restauration accompli » à Saint-Nicolas-des-Lorrains, au cœur de la Rome historique : son architecture, les marbres, les stucs, les fresques, toiles, en font un merveilleux « joyau ».



Le cardinal Paul Poupard, président des conseils pontificaux de la Culture et pour le Dialogue interreligieux, a en effet présidé la célébration eucharistique à l’occasion de l’inauguration de l’église romaine restaurée de Saint-Nicolas des Lorrains, le 6 décembre, en la fête de saint Nicolas.

Le cardinal Poupard évoquait ses souvenirs en disant : « C’est pour moi une joie doublée d’une intense émotion de concélébrer avec les Évêques de Lorraine cette Eucharistie d’action de grâces en ce joyau des églises françaises à Rome, Saint-Nicolas, dont vous avez pu lire, fièrement inscrit sur le linteau de la façade en travertin, qu’elle a été édifiée « in honorem S Nicolai » par la « natio Lotharingorum ». Tant d’heureux et inoubliables souvenirs se bousculent en ma mémoire de voici bientôt un demi-siècle, alors que, jeune prêtre fraîchement arrivé au service du Bon Pape Jean, en septembre 1959, j’habitais à hauteur de la coupole, dans l’appartement dorénavant affecté – et je m’en réjouis – aux frères de Saint-Jean qui donneront vie à ce vénérable sanctuaire, fierté légitime de la Nation Lorraine ».

Saluant M. Bernard Guerrier de Dumast, et de M. Schaming, le cardinal ajoutait : « Cher Monsieur de Dumast, cher Denis Schaming, Président et Chancelier de l’Association des Amis de Saint-Nicolas des Lorrains, je vous sais heureux et émus d’avoir contribué à l’éblouissant travail de restauration accompli par les Pieux Établissements de la France à Rome et à Lorette, pour remettre à neuf ce joyau du patrimoine des Français à Rome ».

Magnifique œuvre de restauration
Le président du conseil de la Culture saluait tous les artisans de cette « magnifique œuvre de restauration », et « plus particulièrement ce groupe de femmes artistes qui, deux années durant, sont venues chaque jour avec leurs bâtons-tiges et de petits pinceaux nettoyer chaque centimètre carré de l’intérieur, reprendre et même sauver fresques et toiles, stucs et marbres, pour nous en offrir une image magnifiquement mise en valeur par les éclairages judicieusement choisis, et nous donner de chanter la gloire de Dieu tout en honorant avec la Lorraine, son saint patron, le grand saint Nicolas dressé devant nous, qui nous présente un livre ouvert où vous pouvez lire avec moi : PAX VOBIS NOLITE TIMERE. EGO SUM PROTECTOR VESTER ».

Le cardinal Poupard évoquait l’histoire de la communauté lorraine à Rome en ces termes : « Nombreuse dans la Ville éternelle aux temps de la Renaissance, la communauté des Lorrains, après avoir largement contribué avec Charles III de Lorraine à la construction de Saint-Louis-des-Français, crée en 1587 une nouvelle confrérie indépendante de la France, sous le nom de Confraternité de Saint-Nicolas et de Sainte-Catherine de la Nation de Lorraine et de Barrois qui leur autorise la possession d’une Chapelle propre en l’église Saint-Louis-des-Français. Celle-ci paraît vite insuffisante, aussi, en 1622, le Pape Grégoire XV donne-t-il à la Lorraine une église Saint-Nicolas, près de la magnifique place Navone, reconstruite par l’architecte François Desjardins et achevée en 1632 ».

Le cardinal Poupard se réjouissait de cette nouvelle ouverture « aux pèlerins en quête de paix spirituelle, désireux de puiser à l’eau que Nicolas fait surgir des rochers, comme le représente la superbe voûte au-dessus de l’église ».

Saint Nicolas, votre protecteur
A propos de la protection de saint Nicolas, le cardinal Poupard ajoutait : « Ego sum protector vester. N’est-ce pas notre fierté, en cette liturgie, de nous joindre aux vaillants Lorrains qui offraient cet édifice à saint Nicolas en reconnaissance de sa sainte protection. C’est l’histoire de la Lorraine : au XIème siècle, la dextre bénissante de saint Nicolas est portée en Lorraine dans l’église qui lui sera consacrée au siècle suivant à Saint-Nicolas-de-Port, et reconstruite après la victoire de René II de Lorraine face à Charles le Téméraire en 1477. Amis de Lorraine, écoutez saint Nicolas vous redire, en ce commencement du troisième millénaire : Ego sum Nicolas protector vester ».

Un vivant rappel de l’histoire de la Lorraine
Le cardinal Poupard saluait spécialement SAIR l'Archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine, en disant : « Monseigneur, votre présence parmi nous comme chef historique de la Maison de Lorraine et votre attachement personnel à la Ville de Nancy et à toute la Lorraine, est pour nous un vivant rappel de l’histoire de la Lorraine et de sa dimension spirituelle, dans ses racines, chrétienne. Chers amis de Lorraine, l’Évangile que nous venons d’entendre nous invite tous à aller comme des petits enfants, à l’image de saint Nicolas au cœur si grand et généreux, ce saint qui nous enseigne les gestes de la gratuité pour exprimer la charité. Fêter saint Nicolas, lui offrir une église digne de lui et digne du peuple de Lorraine, c’est renouveler notre attachement et notre reconnaissance : Tu es, Nicolas, aujourd’hui comme hier et pour toujours notre protecteur ».

Le cardinal Poupard exprimait également ses remerciements à l'ambassadeur de France près le Saint Siège, M. Bernard Kessedjian, en disant : « Comment dès lors ne pas dire ma gratitude à vous, Monsieur l’Ambassadeur et aux Pieux Établissements, pour avoir permis, à la demande des Amis de Saint-Nicolas et à ma suggestion, l’installation d’une communauté religieuse qui ouvrira les portes de l’église restées si longtemps fermées, pour le chant des Heures, de ferventes Eucharisties et l’adoration silencieuse de Jésus présent dans le Saint-Sacrement de l’Autel », ajoutait le cardinal Poupard, évoquant l’installation de quatre frères de Saint-Jean dans un prieuré dédié à Jean-Paul II.

Ouvrez tout grand la porte de cette église
Le cardinal Poupard reprenait cette exhortation de Jean-Paul II au début de son pontificat, reprise par Benoît XVI au début du sien : « N’ayez pas peur » et rendait hommage au fondateur de la communauté, le P. Marie-Dominique Philippe retournée vers le père l’été dernier : « Noli timere, chers frères de Saint Jean : les Lorrains sauront vous adopter en découvrant votre générosité d’accueil et de dévouement. Je connais votre communauté depuis ses origines, avant même sa naissance si je puis dire, pour avoir souvent reçu votre fondateur, « le cher Père Marie-Dominique Philippe », pour reprendre l’expression de Benoît XVI en février dernier, dans mes années heureuses de l’aumônerie de Saint-Dô, dont il était l’hôte lors de ses séjours romains : il me parlait de ses étudiants en quête d’une vie spirituelle intense irriguée par l’Évangile de Jean, et soucieux d’une solide formation autour des trois Sagesses, philosophique, théologique et mystique (…). Chers frères, ouvrez tout grand la porte de cette église : pèlerins et touristes, habitants du quartier et d’ailleurs, hommes et femmes que la Providence guidera jusqu’à Saint-Nicolas, entendront ici la voix de Dieu pour lui ouvrir leur cœur et partager avec vous le repas du Seigneur ».

Le cardinal Poupard concluait par cette prière à Saint Nicolas :
« Ô Saint Nicolas qui fais jaillir l’eau d’un rocher,
Fais de ton église un havre de paix,
Apaise les tempêtes de notre monde,
Protège nos familles, l’Église et la Lorraine.
Toi qui te montres à nous en douce conversation avec le Christ et sa Mère,
Donne-nous d’aimer la vérité,
De chérir la bonté,
Et de rayonner la beauté de notre foi,
Pour que nous puissions aussi témoigner, à ton exemple,
De l’Amour trois fois Saint du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
Amen ».