Saint-Siège : les pèlerinages sont un facteur d’intégration en Europe

Intervention de Mgr Marchetto à la Conférence internationale du tourisme à Córdoba

| 2267 clics

ROME, Vendredi 2 novembre 2007 (ZENIT.org) – « Les pèlerinages sont une contribution à l’intégration en Europe » affirme le secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, Mgr Agostino Marchetto.

 

Mgr Marchetto s’est exprimé lors d’une conférence internationale, organisée à Cordoba (Espagne) du 29 au 31 octobre, sur le thème « Tourisme, religions et dialogue entre les cultures ». Dans son intervention, le représentant du Saint-Siège a souligné que « chaque personne humaine porte en soi une ‘marque de fabrication’, placée par le Créateur », « une ouverture infinie au pulchrum, bonum, verum et unum (beau, bon, vrai et un), autrement dit au Transcendant avec un grand T ».

Ce « sceau » porte la personne à « tendre vers l’Absolu, sous ses différentes formes et expressions, dans les différents aspects et événements liés à son existence ».

Dans cet itinéraire vers la transcendance, nombreux sont ceux qui se rendent dans un « lieu saint », où « ils pensent vivre une expérience du divin, une rencontre avec leur Seigneur et Dieu ».

Ce « voyage dans la foi » est un pèlerinage, et très souvent les pèlerins franchissent les frontières de leur nation pour atteindre leur but. « Comme lieu de destination, les catholiques choisissent habituellement un sanctuaire, consacré à la Vierge Marie ou à un saint patron ».

« Prosaïquement, ceci pourrait être une expression du ‘tourisme religieux ‘ », a-t-il commenté.

L’Eglise catholique, a-t-il ajouté, a eu ‘l’intuition prophétique’ d’institutionnaliser, il y a plus de 50 ans, « le soin pastoral de la mobilité humaine, qui inclut le tourisme et les pèlerinages », en confiant cette tache au Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement.


« Nous nous considérons un think-tank et un stimulant surtout pour les conférences épiscopales de l’Eglise catholique dans le monde, appelées à prendre à cœur l’animation de cette pastorale », a affirmé Mgr Marchetto. « Reconnaissant cette tendance à former des groupes continentaux, nous avons pensé organiser des rencontres de formation continue à l’intention des directeurs de pèlerinages et des recteurs de sanctuaires », a-il- ajouté

Cette année, a-t-il rappelé, nous en avons organisé deux: une pour l’Europe, à Lourdes (France) , et une pour l’Asie, à Nagasaki (Japon) ; la première sur le thème : « Pèlerinages et sanctuaires : itinéraires de paix, espaces de miséricorde » et la deuxième sur le thème : « Pèlerinages et sanctuaires : des lieux d’espérance ».

Ces deux rencontres ont mis l’accent sur ‘l’importance du dialogue’ œcuménique, interreligieux, interculturel et entre les civilisations ».

Ce type de pastorale, a dit le prélat, est « une occasion de dialogue entre les cultures », car « elle met les voyageurs en contact direct avec les richesses spécifiques de chaque civilisation, et favorise l’échange de ces richesses entre les peuples. Le dialogue œcuménique et interreligieux fait partie de cette tâche ».

Mgr Marchetto a ensuite souligné l’importance de la paix, « condition indispensable pour le tourisme ».

« Le pèlerin porte assurément dans son sac de voyage, le désir de paix, ce don que Dieu a confié aux hommes et aux femmes de bonne volonté » a-t-il conclu.