Salvador : L’Eglise se bat pour les enfants contaminés par le plomb

Il faut une réponse efficace à la pollution dans le Nord Est du pays

| 1149 clics

ROME, Mercredi 25 août 2010 (ZENIT.org) - Au Salvador, l'Eglise demande justice pour les enfants malades contaminés par le plomb, rapporte l'agence vaticane Fides.

L'Eglise catholique du Salvador a demandé dimanche dernier une « réponse efficace » au cas d'une communauté au Nord-est du pays qui a été contaminée par le plomb issu d'une usine désuète de batteries pour véhicules automobiles.

« La pollution rencontrée dans cette zone est vraiment très inquiétante. Nous considérons favorablement le fait qu'on prête attention au problème, et je souhaite que l'on donne une réponse efficace, et qu'on n'en reste pas à une tentative de bonne volonté », a affirmé l'archevêque de San Salvador, Mgr José Luis Escobar Alas, lors de l'habituelle conférence de presse du dimanche. A cause du niveau élevé de pollution provoqué par l'usine de batteries, le 19 août le Ministère de l'Environnement a déclaré « l'état d'urgence environnementale » dans la zone Sitio del Niño, de la commune de San Juan Opico, une communauté située à environ 35 km au Nord-est de San Salvado. L'état d'urgence prévoit le contrôle et l'assistance médicale des personnes touchées par le matériel contaminant, l'assainissement de l'établissement et la mobilisation de ressources pour adoucir l'impact environnemental dans la zone.

« Nous sommes depuis quelque temps extrêmement inquiets - depuis qu'est apparu le problème, que l'on vit depuis plusieurs années - et nous félicitons les autorités d'avoir pris ces mesures d'urgence », a dit Mgr Escobar Alas. (La première dénonciation de l'archidiocèse à ce sujet a eu lieu en 2007, quand l'usine a été fermée; elle n'a pas été démantelée, mais abandonnée telle qu'elle était sans aucune intervention d'assainissement). Selon la presse locale, dans la zone Sitio del Niño, le Ministère de la Santé a envoyé du personnel spécialisé pour aider 121 enfants affectés par le plomb, et a fermé par précaution plusieurs puits pour empêcher la consommation d'eau contaminée.

L'archevêque de San Salvador a demandé justice car les personnes touchées sont « très humbles » et car « il n'est pas juste de provoquer un grave dommage à l'environnement, qui touche directement la santé des personnes ».

Selon le ministère de l'environnement, Herman Rosa Chavez, les tests effectués par l'Agence de la Protection environnementale des Etats-Unis ont relevé dans plusieurs lieux des niveaux de plomb très élevés, entre 30.000 et 40.000 parties de plomb pour un million de particules, quand la norme est de 400 parties pour un million de particules. La zone d'urgence déclarée par le MARN (Ministère de l'Environnement et des Ressources Naturelles) comprend une zone de 1.500 mètres autour de l'usine, dans laquelle il y a près de 700 habitations avec une population de 4.000 habitants.