Sans femmes heureuses, pas de nouvelle évangélisation

Pourquoi l'Eglise n'ordonne pas de femmes, par Mgr Léonard

| 1823 clics

Anne Kurian

ROME, mercredi 10 octobre 2012 (ZENIT.org) – « Sans des femmes heureuses, il n’y aura pas de nouvelle évangélisation » : telle est la conviction de Mgr André Léonard, président de la Conférence épiscopale de Belgique, intervenu hier, 9 octobre 2012, lors de la quatrième congrégation du synode des évêques.

Signifier la qualité de l’apport des femmes

« Sans des femmes heureuses, reconnues dans leur être propre et fières d’appartenir à l’Église, il n’y aura pas de nouvelle évangélisation », affirme Mgr Léonard.

En effet, les femmes représentent les 2/3 des effectifs de l’Eglise, mais « beaucoup se sentent discriminées », constate-t-il.

Il invite donc à poser des « gestes forts » pour « signifier clairement » la « qualité et la spécificité de l’apport massif des femmes à l’évangélisation ».

En outre, ajoute-t-il, l’Eglise doit « dire clairement » que, si l’Église n’ordonne pas de femmes prêtres, « ce n’est pas parce qu’elles seraient moins capables ou moins dignes : au contraire! » : c’est « uniquement parce que le prêtre n’est pas seulement un “ministre du culte”, mais un représentant du Christ Époux venu épouser l’humanité », rappelle Mgr Léonard.

Approfondir la réalité du mal avec saint Paul

Par ailleurs, fait-il observer, « l'un des freins à l’évangélisation est la réalité du mal » et la difficulté à « mettre ensemble l’existence de Dieu et celle du mal ». Il voit dans ces questions « un grand défi pour la sagesse chrétienne ».

Les théologiens sont « tiraillés entre 2 tendances », explique-t-il à ce propos : celle qui voit dans le mal « un drame lié à l’inévitable finitude des créatures » et l’autre qui voit dans le tragique de ce monde « un état contingent de la création qui ne correspond plus à l’acte créateur ».

Pour l’archevêque, cette question doit être approfondie « grâce à la théologie de Paul, spécialement Rm 8, 18-23 ». Il encourage à « penser jusqu’au bout ce qu’il dit de l’état présent de la création, assujetti à la vanité et livré à la servitude de la corruption ».