Satisfaction du patriarche Alexis II pour la « coopération positive »

Echange de lettres entre Alexis II et Benoît XVI

| 1470 clics


ROME, Jeudi 23 octobre 2008 (ZENIT.org) - Le patriarche Alexis II de Moscou se dit satisfait devant le développement croissant de « bonnes relations » et de la « coopération positive » entre catholiques et orthodoxes.

C'est ce que le patriarche de Moscou et de toute la Russie explique dans une lettre adressée à Benoît XVI. Il répond ainsi à une lettre autographe du pape qui lui a été remise le 1er octobre dernier à Moscou par le cardinal Crescenzio Sepe, archevêque de Naples, en visite en Russie.

Le patriarche souligne, explique aujourd'hui Radio Vatican, que la plus grande révélation de l'Evangile, « Dieu est amour », devrait devenir « une orientation vitale pour tous ceux qui se considèrent disciples du Christ ».

Dans son message, le pape parlait dans le même sens : la foi en Jésus est ce qui « relie les cœurs le plus profondément » et pousse à « manifester au monde le témoignage partagé de vivre ensemble de façon respectueuse et pacifique ».

Ce témoignage, répond le patriarche, est un levier « pour surmonter la discorde et l'aliénation de ce siècle » et proclamer dans ce monde moderne « les valeurs éternelles du christianisme ».

Le pape affirmait par ailleurs que la situation actuelle du monde « rend encore plus nécessaire de hâter le chemin vers la pleine unité de tous les disciples du Christ, de façon à ce que le joyeux message du salut » atteigne « l'humanité tout entière ».

Le message du patriarche russe souligne cette même urgence et « les perspectives croissantes de développer de bonnes relations et une coopération positive » entre catholiques et orthodoxes.

Ces relations sont fondées, souligne le patriarche, dans leurs « racines communes », leurs « positions convergentes » sur de nombreuses questions qui « affligent le monde actuel ».

Alexis II exprime en outre sa « très profonde estime » et sa « bienveillance sincère » envers Benoît XVI, à qui il présente des vœux de « bonne santé » et à qui il souhaite aussi « l'aide de Dieu » dans son ministère pontifical.