Se concentrer sur les pauvres pour trouver des solutions au climat

Appel de l’archevêque de Westminster

| 1627 clics


ROME, Lundi 14 décembre 2009 (ZENIT.org) - L'Archevêque de Westminster, Mgr Vincent Nichols, estime que la question de l'aide aux plus pauvres devrait être au coeur du débat sur les changements climatiques.

C'est ce que le prélat a déclaré samedi 12 décembre lors du service œcuménique Time to Pray, qui incluait des interventions de divers responsables chrétiens et qui était organisé avec The Wave. La manifestation qui s'est tenue au centre de Londres avait comme objectif d'attirer l'attention sur des sujets liés aux changements climatiques en concomitance avec la conférence de Copenhague. 

Les représentants de près de 190 pays sont actuellement réunis dans la capitale danoise pour une rencontre de deux semaines visant à trouver un nouvel accord mondial sur les changements climatiques. 

Mgr Nichols a abordé la question exprimant son inquiétude pour « tous ceux dont la vie est directement touchée par ces changements climatiques, soit les plus pauvres du monde et les plus défavorisés ». 

« C'est une donnée importante qui ne saurait se perdre au milieu de toutes les autres préoccupations exprimées durant ces dernières semaines », a-t-il affirmé. 

« Nous savons que la pauvreté et le développement mondial sont des problèmes qui ne peuvent être séparés des préoccupations pour l'environnement, a dit l'évêque. Ils sont étroitement liés ».

Il  y a « encore beaucoup à faire pour obtenir des relations justes et durables entre les peuples de la terre et avec l'environnement du monde créé », a-t-il reconnu. 

« Des questions incessantes se posent en nous, souvent provoquées par la culture de notre société de consommation », a-t-il souligné .Selon lui l'heure est venue de « repenser notre façon de vivre et de tenir compte à nouveau de ceux dont l'avenir est menacé par les effets de nos styles de vie ». 

« Ce n'est que lorsque nous serons clairement disposés à changer nos modes de vie que les hommes politiques seront capables d'obtenir ce changement que nous disons vouloir ». 

L'archevêque de Westminster a rappelé alors qu'« aimer Dieu est, entre autres choses, remercier pour les dons de la création et reconnaître qu'ils sont destinés à tous ». 

Parmi ces dons, a-t-il dit, il y a celui de la technologie. Ainsi, « le progrès technologique est une partie cruciale du parcours visant à trouver des solutions aux problèmes des changements climatiques ». 

La technologie, a-t-il souligné, « n'est pas moralement neutre ». « Son bon usage a une influence sur le bien commun ». 

« Espérons que le génie de nos meilleurs cerveaux serve les besoins de tous, et ceux de notre environnement ». 

« Au centre de notre monde, se dresse la personne humaine, a-t-il affirmé, chacune faite à l'image et à la ressemblance de Dieu. Pour cette seule raison, elle mérite respect, liberté et coopération ». 

« Telle est l'espérance qui est en nous, la foi qui nous soutient, a conclu Mgr Nichols. Notre union au Christ à travers la prière est notre source d'énergie, source d'une nouvelle vie dans nos efforts en tant que disciples ».