Semaines sociales de France : « La démocratie, une idée neuve »

L'anthropologie chrétienne pour relancer la confiance

| 1419 clics

ROME, jeudi 24 novembre 2011 (ZENIT.org) – « Il faut réamorcer le moteur de la confiance en soi et en l’autre. C’est ici que la tradition chrétienne et son anthropologie ancrée dans l’amour doit être redécouverte et revécue », déclare Jérôme Vignon, président des Semaines sociales de France , à l’occasion de l’ouverture, demain, 25 novembre, à Paris, de leur 86e session sur le thème : « La démocratie, une idée neuve ».

Jérôme Vignon diagnostique en effet la nécessité d’une « refondation de la démocratie », « qui consiste à transmettre l’esprit démocratique, à être des éducateurs engagés. »

La 86e session nationale des Semaines sociales de France se tient en effet vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 novembre 2011, au Parc Floral de Paris (Métro : Château de Vincennes).

Le président des SSF fait observer le lien entre démocratie et usage de la liberté : « La démocratie, fait observer Jérôme Vignon, est une idée neuve. En cette année où s’affichent les signes d’un rejet de la démocratie représentative, nous voici pris de court par les manifestants de la place Tahrir. Ne se réclament-ils pas du souffle de liberté et de justice au fondement de nos institutions? Leur enthousiasme n’appelle pas seulement de notre part la solidarité. Il nous renvoie à la manière dont nous avons su ou non faire vivre un si précieux héritage politique au fil des décennies récentes: marquées au total par une  exceptionnelle durée de la paix et de la prospérité. Dans cette première journée, nous ferons le procès, non de la démocratie et des libertés, mais de la manière dont nous en avons usé. »

Il invite à l’ouverture de l’horizon et souligne le défi de la démocratie: « La démocratie est une idée neuve. Puisqu’elle se fonde sur la  liberté de conscience et de jugement, elle invente aussi des voies nouvelles, appropriées aux temps actuels. Elle crée de  nouveaux espaces de délibération où la prise en compte des diversités prime sur l’idéal de la majorité; au plan international, elle réalise des alliances inédites entre des espaces politiques jusqu’à présent étanches ou indifférents. Une démocratie de la complexité s’esquisse qui cherche moins à résoudre définitivement les problèmes qu’à créer un mouvement commun. Son défi est qu’elle attend beaucoup du citoyen, de tous  les citoyens, au moment où beaucoup se sentent délaissés ou inutiles. Il faut réamorcer le moteur de la confiance en soi et en l’autre. C’est ici que la tradition chrétienne et son anthropologie ancrée dans l’amour doit être redécouverte et revécue. Nous essaierons d’en vivre samedi après-midi une sorte de parabole. »

Enfin, le président des SSF invite à l’innovation et même à la « refondation de la démocratie »: « La démocratie est une idée neuve, insiste Jérome Vignon. Le prochain cycle de la vie  politique française devra innover dans la manière dont les citoyens pourront prendre part, au-delà des obligations auxquelles ils sont tenus par la loi, à la conception et à la mise en oeuvre des réformes. C’est ce que nous demanderons aux candidats aux prochaines élections présidentielles. Sans omettre notre part à la refondation de la démocratie: celle qui consiste à transmettre l’esprit démocratique, à être des éducateurs engagés. »

ASB