Séminaire sur les Organismes Génétiquement Modifiés au Vatican

Un thème lié à la "promotion de l'homme et l'affirmation de sa dignité", selon le card. Martino

| 1010 clics

CITE DU VATICAN, lundi 10 novembre 2003 (ZENIT.org) - "Rassembler le plus d'informations possible sur les OGM qui pourront ensuite constituer la base d'un discernement éthique et pastoral". C'est l'objectif du Séminaire d'étude qui se déroule aujourd'hui et demain au siège du Conseil Pontifical Justice et Paix, à Rome, sur le thème : "OGM : menaces ou espoirs ?", selon le président du Conseil, le cardinal Renato Raffaele Martino.



Parmi les participants à ce Séminaire d'étude figurent des scientifiques, des responsables d'organismes internationaux comme la FAO ou la CNUCED, d'instituts de recherche et d'académies scientifiques, des représentants qualifiés d'associations de producteurs et de consommateurs, ainsi que les ministres italiens des politiques agricoles, de l'environnement et de la santé.

Le cardinal a affirmé que "l'enjeu est important et délicat, en raison des polarisations qui divisent l'opinion publique, des contentieux commerciaux qui existent au niveau international, des difficultés à définir au niveau scientifique une matière objet de recherches en évolution rapide et en raison des implications éthico-culturelles et éthico-politiques complexes".

Le cardinal est persuadé que le Conseil Pontifical Justice et Paix parviendra, grâce à la contribution scientifique du Séminaire et à la sagesse séculaire de l'Eglise à "trouver, avec équilibre et dans la vérité, un point de synthèse utile et fécond de bien pour les hommes de notre temps, surtout pour les pauvres".

Evoquant les réactions d'étonnement provoquées par cette initiative du Conseil Pontifical, le cardinal Martino a précisé que le but du Conseil est "également dans ce cas, de donner suite à une exigence profonde et essentielle de la mission religieuse et morale de l'Eglise, la mission d'éclairer à la lumière de l'Evangile ce qui concerne la promotion de l'homme et l'affirmation de sa dignité".

Le cardinal a conclu en rappelant le commandement que Dieu adresse à l'homme dans la Bible, celui de dominer la création, non pas de manière despotique et insensée mais en "cultivant et sauvegardant" les biens créés par Dieu, c'est-à-dire en "intervenant, décidant, faisant, en ne laissant pas les plantes grandir n'importe comment, en développant et en perfectionnant, afin que les fruits soient meilleurs et plus abondants, en ordonnant, en nettoyant, en éliminant ce qui détruit et ruine".