Shoah/Italie: La Journée de la mémoire évoquée par Radio Vatican

Le portail d´Auschwitz s´ouvre, 27 janvier 1945

| 579 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 27 janvier 2002 (ZENIT.org) - Le 27 janvier 1945 le portail du camp d´extermination d´Aushchwitz s´ouvrait, faisant connaître toute l´horreur de la Shoah. En cette journée de la mémoire célébrée partout en Italie, elle a été évoquée par Radio Vatican.



Ce matin, indique Radio Vatican, le président de la République italienne, Carlo Azeglio Ciampi a assisté à une cérémonie à la "Maison du mutilé": "Nous n´oublierons jamais les victimes de la barbarie du siècle, de l´idéologie nazie, ni les collectivités, quasi toutes les communautés juives d´Europe, qui ont été victimes de la Shoah".

Le président s´est ensuite rendu au Musée historique de la Lutte de libération de la capitale italienne, via Tasso. Il a rappelé aux jeunes le "devoir de la mémoire", car, disait-il, il y a une "force de la mémoire capable de changer le monde".

Au micro de Radio Vatican le nouveau grand rabbin de Rome, Riccardo Di Segni, précise que "la mémoire n´est pas un exercice inutile, mais le fondement de toute société civile et de toute tradition religieuse". "On se rappelle le passé pour en recevoir l´enseignement pour construire un avenir meilleur et donc un guide pour construire une civilisation meilleure, pour établir des rapports entre les personnes, entre tous les différentes composantes de la société, pour créer un monde plus digne pour tous. La terrible tragédie de la Shoah qui a ainsi pesé sur l´essence et sur la survie même du Judaïsme, est un avertissement universel. Il faut éviter que tout ce qui a conduit à cette tragédie se reproduise! Il ne s´agit pas seulement du point final, des chambres à gaz, mais de tout ce qu´il y a eu auparavant: l´offense systématique à la dignité humaine, la propagande contre qui est différent, et sa marginalisation, les lois raciales, et jusqu´à la déportation. Le souvenir de ces étapes est un moment essentiel pour éviter que cela se répète même dans des sociétés qui se considèrent plus immunisées contre ces risques".

A Rome, au musée de la libération de la Via Tasso, ancien siège de la Gestapo, les communautés israélites italiennes ont placé une inscription rendant hommage à Pie XII en ces termes: "Le congrès des délégués des communautés israélites italiennes qui s´est tenu à Rome pour la première fois après la libération ressent le devoir impérieux de rendre un hommage révérend à Votre Sainteté (Pie XII, ndlr), et d´exprimer son plus profond sentiment de gratitude qui anime tous les Juifs pour les preuves de fraternité humaine fournies par l´Eglise durant les années des persécutions et lorsque leur vie a été mise en danger par la barbarie nazie-fasciste. De nombreuses fois, des prêtres ont souffert la prison et les camps de concentration, ont immolé leur vie pour assister les Juifs de toutes les façons. Cela prouve que le sens de la bonté et de la charité qui anime encore les justes, a servi à diminuer la honte pour les offenses subies, le tourment pour tous les deuils qui ont frappé des millions d´êtres humains. Israël n´a pas encore fini de souffrir: les Juifs se souviendront perpétuellement de ce que, dans le terrible péril traversé, par disposition des pontifes, l´Eglise a fait pour eux".