Sicile : Le pape donne Chiara Badano en exemple aux jeunes

Ne cédez pas aux suggestions de la mafia

| 1693 clics

ROME, Dimanche 3 Octobre (ZENIT.org) - Tout en invitant les jeunes à connaître la figure de sainteté de Chiara Badano, béatifiée le 25 septembre dernier à Rome, Benoît XVI a évoqué l'importance de la famille et du lien parents-enfants pour la transmission de la foi.

Dans son discours aux jeunes, le pape les a aussi invités à ne pas céder « aux suggestions de la mafia, qui est un chemin de mort » et à être des « saints ».

Rendez-vous ‘central' de la visite de Benoît XVI en Sicile, le pape a rencontré les jeunes et les familles, vers 18h, place Politeama à Palerme. Le pape a accompli ce dimanche son 21e voyage en Italie, à Palerme, en Sicile, à l'occasion du rassemblement régional des familles et des jeunes.

Dans son intervention, Benoît XVI a longuement évoqué la vie de la Chiara Badano, jeune membre des Focolari récemment béatifiée. « Je vous invite à la connaître : sa vie a été brève, mais son message est superbe », a expliqué Benoît XVI.

« Chiara est née en 1971 et est morte en 1990, à cause d'une maladie incurable. 19 années pleines de vie, d'amour, de foi. Deux années, les dernières, pleines aussi de douleur, mais toujours dans l'amour et dans la lumière, une lumière qui irradiait autour d'elle et qui venait de l'intérieur : de son cœur plein de Dieu ! ».

Devant les jeunes, le pape s'est interrogé : « Comment une jeune de 17-18 ans peut-elle vivre une telle souffrance, humainement sans espérance, en répandant de l'amour, de la sérénité, de la paix, de la foi ? ». « Il s'agit évidemment d'une grâce de Dieu, mais cette grâce a aussi été préparée et accompagnée d'une collaboration humaine : la collaboration de Chiara elle-même, certainement, mais aussi de ses parents et de ses amis ».

Le pape a alors évoqué les parents de Chiara Badano, encore vivants aujourd'hui et que Benoît XVI a rencontré à l'occasion de la béatification de leur fille unique. Les premiers, les parents de Chiara « ont allumé dans l'âme de leur fille la flamme de la foi, et ont aidé Chiara à la garder toujours allumée, même dans les moments difficiles de la croissance et surtout dans la grande et longue épreuve de la souffrance ».

La relation entre les parents et les enfants - vous le savez - est « fondamentale », a-t-il ajouté, et pas seulement en raison d'une « juste tradition ». « La famille est fondamentale parce que c'est là que germe dans l'âme humaine la première perception du sens de la vie. Elle germe dans la relation avec la mère et le père, qui ne sont pas maîtres de la vie de leurs enfants, mais sont les premiers collaborateurs de Dieu pour la transmission de la vie et de la foi ».

Ne cédez pas aux suggestions de la mafia

« N'ayez pas peur d'empêcher le mal », a par ailleurs exhorté Benoît XVI. « Ne cédez pas aux suggestions de la mafia, qui est un chemin de mort, incompatible avec l'Evangile, comme tant de vos évêques l'ont dit ! ».

Benoît XVI, prenant l'image de l'arbre, a rappelé que « chacun de nous a besoin d'un terrain fertile sur lequel plonger ses propres racines, un terrain riche de substances nutritives qui font grandir la personne : ce sont les valeurs, mais ce sont surtout l'amour et la foi, la connaissance du vrai visage de Dieu, la conscience qu'il nous aime infiniment, fidèlement, patiemment, jusqu'à donner sa vie pour nous ».

En ce sens, « la famille est une ‘petite Eglise', parce qu'elle transmet Dieu, elle transmet l'amour du Christ », grâce à la force du sacrement de mariage. « L'amour divin qui a uni l'homme et la femme, et qui les a rendu parents, est capable de susciter dans le cœur des enfants le germe de la foi, c'est-à-dire la lumière du sens profond la vie ».

Le pape a enfin encouragé les jeunes : « vous êtes un signe d'espérance non seulement pour la Sicile, mais pour toute l'Italie ». « Voilà le don le plus grand que nous avons reçu : être Eglise, être dans le Christ signe et instrument d'unité, de paix, de vraie liberté. Personne ne peut nous enlever cette joie ! Personne ne peut nous enlever cette force ! Courage, chers jeunes et familles de Sicile ! Soyez saints ! »

Marine Soreau