Six autres miracles dus à six futurs bienheureux

| 968 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 20 décembre 2004 (ZENIT.org) – La congrégation romaine a également reconnu le martyr d’un prêtre polonais victime du totalitarisme communiste athée, et six autres miracles obtenus de la miséricorde divine par de futurs bienheureux:



1) Prêtre polonais, le P. Ladislas Findysz exerça son apostolat en temps de guerre , puis sous le régime communiste, qui le fit incarcérer en 1963. En prison, il subit humiliations et mauvais traitements. Epuisé, il mourut quelques jours avant sa libération. Il est reconnu comme martyr, en soi un « miracle » qui ouvre la voie à sa béatification.

2) «Une « géante de la charité », telle a été Sr Maria Anna Cope (1838-1918),, qui se consacra pendant trente ans au service des lépreux de l’île de Molokai, dans l’archipel des îles Hawaï. Elle était née en Allemagne, en 1838, mais à deux ans, elle émigra aux Etats Unis, dans l’Etat de New York, dans l’Ouest du continent. En tant que religieuse du Troisième Ordre de saint François, de Syracuse, elle entendit le cri déchirant du saint flamand, le P. Damien de Veuster, qui avait rencontré la lèpre à Molokaï et voulut poursuivre son œuvre à la léproserie. Elle fut au milieu d’eux une missionnaire héroïque, et ses efforts réussirent à circonscrire la lèpre dans l’île de Molokaï.

3) Un miracle a été authentifié comme étant dû à l’intercession du P. Bronislas Markiewicz (1907-1964), prêtre polonais qui se soucia tout particulièrement de la jeunesse pauvre et des orphelins. Il a fondé deux branches masculine et féminine des religieux de Saint Michel Archange.

4) Un autre a été attribué à la prière d’un prêtre Italie, le P. Luigi Biraghi (1801-1879), de Milan, directeur spirituel au grand séminaire, et fondateur de la congrégation des Sœurs de sainte Marcelline.

5) Portugaise, Mère Rita Amata de Jésus, au siècle, Rita Lópes de Almeida (1848-1913), posa les bases de l’Institut des Sœurs de Jésus, Marie, Joseph.

6) Une religieuse italienne, Maria Crocifissa Curcio, au siècle, Rosa (1877-1957), a été la fondatrice de la congrégation des carmélites missionnaires de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus.

7) Une religieuse espagnole, Mère Asuncion du Cœur de Jésus, au siècle, Florence Nicol Goñi (1868-1940), partit pour le Pérou, où elle aida l’évêque dominicain, Mgr Ramón Zubieta, à fonder les Sieurs Dominicaines du Saint Rosaire, dont elle devint la première supérieure générale.