Sœur Nirmala prêche une retraite spirituelle organisée par Cor Unum

| 2696 clics

ROME, Mardi 8 Septembre 2009 (ZENIT.org) - Sœur Nirmala Joshi, MC, la première à avoir succédé à la bienheureuse Mère Teresa à la tête des Missionnaires de la Charité, prêche actuellement les exercices spirituels à 450 membres d'associations caritatives en Asie, dont 5 cardinaux et plus de 60 évêques venus de 29 pays et de 260 diocèses.

Cette retraite est organisée du 6 au 11 septembre par le Conseil pontifical Cor Unum pour des présidents et directeurs d'institutions caritatives du continent asiatique. La rencontre, qui se déroule à l'université catholique Fu Jen de Taipei (Taiwan), se centre sur les paroles de Jésus : « C'est à moi que vous l'avez fait » (Mt 25,40).

Benoît XVI a envoyé aux participants un message dans lequel il exprime « sa profonde appréciation et sa gratitude à tous ceux qui sont engagés dans la diaconie de la charité, une activité fondamentale pour la vie de l'Eglise et une responsabilité pour toute la communauté ecclésiale ».

Le souverain pontife a assuré les participants de sa prière et a souhaité que les exercices spirituels renforcent en eux « la vertu de la compassion du cœur pour tous ceux qui souffrent ».

Selon un communiqué envoyé à ZENIT par Cor Unum, sœur Nirmala approfondit dans ses interventions l'enseignement de Benoît XVI dans sa première encyclique, Deus Caritas est (2005).

Dans ce document, l'évêque de Rome évoque la qualité essentielle de celui qui travaille pour les œuvres caritatives de l'Eglise : « Ils doivent être des personnes touchées avant tout par l'amour du Christ, des personnes dont le Christ a conquis le cœur par son amour, en y réveillant l'amour pour le prochain » (n. 33).

« Ce don de Dieu est le moteur caché qui anime l'activité caritative à travers une réponse de foi, éclairée par l'Evangile, en incitant les chrétiens à aimer leur prochain », explique Cor Unum dans sa note à ZENIT.

« C'est pour cette raison que le pape demande une ‘formation du cœur' (Deus Caritas est, n. 31a) des responsables d'institutions caritatives, qu'ils soient professionnels ou volontaires ».

C'est ce que « la rencontre de Taipei cherche à promouvoir à travers la prière, l'écoute attentive de la Parole de Dieu, l'accueil du sacrement de réconciliation et la célébration de l'Eucharistie ».

« La communion fraternelle vécue aux côtés d'hommes et de femmes consacrés pour combattre la misère contribuera à expérimenter l'unité profonde des disciples du Seigneur dans ce grand continent », ajoute Cor Unum.

Les participants prient actuellement de manière spéciale pour les victimes du terrible typhon qui a touché début août l'île de Morakot, provoquant la mort de plus de 400 personnes et des dégâts s'élevant à près de 2 milliards de dollars.

Ce dimanche, le cardinal Paul Josef Cordes, président de Cor Unum, a visité la région de Kaohsiung, la plus touchée, « pour apporter la consolation du Seigneur aux victimes de la tragédie ».

Les exercices spirituels de Taipei ont été organisés par Cor Unum suite à ceux de Guadalajara (Mexique) qui, en juin 2008, avaient accueilli près de 500 membres d'institutions caritatives du continent américain. C'est le succès de cette rencontre qui a encouragé le Saint-Siège à répéter l'expérience en Asie.