Sommet de la Rencontre des familles : messe autour de Benoît XVI

Plus dun million de particpants de 153 pays

| 1363 clics

Anne Kurian

MILAN, dimanche 3 juin 2012 (ZENIT.org) – La VIIe Rencontre mondiale des familles a été clôturée ce matin, dimanche 3 juin 2012, par une messe internationale présidée par Benoît XVI, avec la participation de plus d’un million de personnes.

La célébration a eu lieu au parc de l’aéroport de Bresso, un emplacement d’une superficie de 790.000 m², qui sert d’aéroport civil pour les vols touristiques. La veille, l’aéroport avait déjà accueilli la « fête des témoignages », avec 350.000 personnes autour du pape.

153 pays entourent le pape

A 9h30 ce matin, Benoît XVI a rejoint les centaines de milliers de familles qui avaient commencé à converger dès 4h du matin – certaines avaient même planté leur tente dans le parc, suite à la fête de la veille – vers l’immense parc, pour le sommet de la rencontre des familles : la messe de clôture, célébrée par le pape, en la solennité de la sainte Trinité.

Parmi les participants, de nombreux italiens ont franchi plusieurs dizaines de kilomètres à pied, (4h de marche). L’arrivée, autour de 10 points d’entrée dans le parc, était canalisée par des milliers de volontaires en tee-shirt blanc bordé de rouge. Au total, 153 pays représentés par plus d’un million de personnes, s’étendant à perte de vue sur le terrain du parc.

Sur le podium, l’écran géant et les projecteurs ultra-modernes de la veille au soir, avaient laissé place à l’autel et à la croix. Sur les parois de la coupole, une représentation de vitraux récréait l’ambiance du Dôme de Milan. De la coupole, aux gradins, en passant par le podium, tout le matériel utilisé pour la construction est « durable », et sera réutilisé par des entreprises.

A gauche de l’autel, l’icône symbole de la Rencontre Mondiale des Familles : une grande mosaïque - réalisée par l'artiste jésuite Marko Rupnik - qui avait été bénie par le pape sur la place Saint Pierre, le 11 avril dernier. Cette œuvre représente la sainte Famille et la sainte Trinité – la main du Père qui soutient le feu de l'Esprit qui est en Jésus. A côté de Marie et de Joseph, sur fond d’or, figurent le Paradis terrestre et la Jérusalem céleste.

Le pape est arrivé aux environs de 9h30, dans sa papamobile, passant au milieu de la foule en grande joie, qui agitait des drapeaux de toutes les tailles et de toutes les couleurs, au son de l’hymne, « Tu es Pierre » (« Tu es Petrus »).

Puis l’hymne de la Rencontre - « Ta famille te rend grâce » - a pris le relais, et Benoît XVI a ouvert la célébration aux environs de 10h, entouré notamment de cardinaux, évêques, membres du Conseil pontifical pour la famille, membres de dicastères romains, et membres du Conseil épiscopal milanais.

Parmi les autorités civiles, étaient présents le président du Conseil italien, Mario Monti, et les ministres Andrea Riccardi et Lorenzo Ornaghi, ainsi que le maire de Milan, et plusieurs responsables de partis politiques.

Au début de la célébration, le cardinal Angelo Scola, archevêque de Milan, a salué le pape, affirmant que l’Eglise de Milan était « fière » d’accueillir cette rencontre : « votre présence en ces jours extraordinaire fait briller l’universalité de l’Eglise, convoquée ici par tous les diocèses du monde ».

Le cardinal a également souligné la « réponse généreuse » de la société civile généreuse  et l’intérêt qu’a soulevé le thème. « C’est le signe, a-t-il ajouté, que lorsque les chrétiens savent être témoins, il en résulte de bonnes propositions de vie pour une société plurielle comme la nôtre ».

Toutes ces familles réunies dans ce « grand temple à ciel ouvert », a-t-il conclu, pour cette rencontre « suivie des mass-média du monde entier », ont « bien compris que le Successeur de Pierre a besoin d’eux, de chacun d’eux ».

Messe internationale

Pour cette messe internationale selon le rite romain – et non le rite ambroisien, en vigueur à Milan, qui a ses lectures et prières propres – la première lecture a été lue en anglais, la seconde en espagnol, le psaume– chanté par un enfant – ainsi que l’Evangile en italien. Les intentions de prière ont été lues en allemand, anglais, portugais, français et espagnol.

Durant son homélie, Benoît XVI a encouragé les communautés ecclésiales à être « toujours plus famille, capables de refléter la beauté de la Trinité et d’évangéliser non seulement par la parole mais, par « irradiation », par la force de l’amour vécu ».

« Ce n’est pas seulement l’Église, a-t-il ajouté, qui est appelée à être image du Dieu unique en trois Personnes, mais aussi la famille, fondée sur le mariage entre l’homme et la femme », rappelant que les deux ont été créés «avec une même dignité, mais aussi avec des caractéristiques propres et complémentaires, pour que les deux soient un don l’un pour l’autre, se mettent en valeur réciproquement et réalisent une communauté d’amour et de vie ».

Le pape a encouragé les époux à « prendre soin de leurs enfants », à leur « transmettre les raison de vivre, la force de la foi ».

« Votre vocation n’est pas facile à vivre, a-t-il ajouté, spécialement aujourd’hui, mais celle de l’amour est une réalité merveilleuse, elle est l’unique force qui peut vraiment transformer le monde. »

Par ailleurs, le pape a invité à « ne pas perdre le sens du jour du Seigneur » et à « toujours privilégier la logique de l’être par rapport à l’avoir », car « la première construit, la deuxième finit par détruire ».

Pour l’offertoire, 4 couples et leurs enfants, de tous âges – certains insistant pour présenter eux-mêmes le calice au pape ! – sont venus s’agenouiller tour à tour devant Benoît XVI, qui les écoutait attentivement et les bénissait.

300 ciboires ont été nécessaires pour la communion. Le pape lui-même a donné la communion à quelque 40 personnes, devant l’autel.

Après la communion, le cardinal Ennio Antonelli, président du Conseil pontifical pour la famille, a remercié le pape, assurant que l’évènement restera « gravé dans les mémoires », et sera source « d’inspiration, espérance et courage » : ce qui a été confirmé immédiatement par les applaudissements de la foule.

Remerciant les différents intervenants et organisateurs, il a également exprimé sa gratitude à Benoît XVI sous un tonnerre d’applaudissement et une standing ovation, qui ne s’arrêtait plus.

Prochain rendez-vous : Philadelphie

A la fin de la messe, le pape a introduit la prière de l’angélus en annonçant le prochain rendez-vous de la rencontre mondiale des familles : ce sera la ville étatsunienne de Philadelphie, en 2015. L’archevêque de Philadelphie, Mgr Charles Chaput, est venu saluer Benoît XVI avec émotion.

Le pape s’est également adressé aux personnes de langue française, anglaise, espagnole, portugaise, allemande, et polonaise, présentes à Milan ou suivant l’évènement par la radio ou la télévision.

De retour à l’archevêché, où Benoît XVI logeait durant sa visite pastorale, il a partagé un déjeuner avec sept familles : une milanaise, une de chacun des cinq continents, dont une famille de Bagdad, et une famille de la ville qui accueillera la prochaine Rencontre : Philadelphie. Pendant ce temps, au restaurant de l’Université catholique, a eu lieu le “repas de la solidarité”, offert par Benoît XVI à une centaine de famille (quelque 300 personnes).

A 16h30, le pape saluera les membres de la Fondation Milan Familles 2012 et les organisateurs de la visite, avant de quitter Milan aux environs de 17h30, de l’aéroport de Milan-Linate.