Son sacrifice, pour sauver la vocation d'un prêtre

Célestine Faron meurt à Auschwitz

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 342 clics

Le martyrologe romain fait mémoire, le 9 avril, de la bienheureuse polonaise, martyre, victime du nazisme, Célestine Faron (1913-1944).

Cette jeune polonaise était entrée dès l'âge de 16 ans chez les Petites Servantes de l'Immaculée Conception. Elle exerça par la suite la charge de maîtresse à la crèche et de supérieure de la maison religieuse de Brzozow.

Elle s'était donné ce programme de vie consacrée: "Par le moyen de la profession, devenir un holocauste pour Jésus sur le chemin de l'amour et du sacrifice, et suivre l'Agneau immaculé". Elle avait aussi le souci des vocations sacerdotales. C'est ce qui lui inspira d'offrir sa vie pour le retour d'un prêtre qui s'était éloigné de la foi.

Après l'invasion de la Pologne par les troupes du IIIe Reich, elle fut arrêtée le 19 février 1942 par la Gestapo et finalement déportée à Auschwitz. C'est là qu'elle mourut le 9 avril 1944, le jour de Pâques, des suites des tortures qu'elle avait endurées.

Elle a été béatifiée, en tant que martyre, le 13 juin 1999, à Varsovie, par le pape Jean-Paul II, avec 107 autres martyrs polonais du XXe s.